,

Revue de Presse #54

Quoi de neuf dans l’actu de ces derniers jours ?

Actu 1 > Camaïeu : un nouveau concept à l’essai, Fashionmag.com.

1fea

 b8e7

L’enseigne nordiste d’habillement féminin a mis en place un nouveau concept de magasin qu’elle teste actuellement à Faches-Thumesnil, non loin de Lille et à Belle-Epine en région parisienne. Un concept « zéro » testé grandeur nature que l’enseigne se donne six mois pour perfectionner avant de faire évoluer son réseau à travers la France. Les mots du directeur France Sébastien Ruaud : « Le concept se devait de traduire le travail que nous menons sur les collections. C’est un concept plus ouvert sur l’extérieur, car nous avons pour l’instant beaucoup de vitrines boîtes. C’est aussi un magasin plus lumineux, avec un mobilier plus moderne, et beaucoup plus identitaire. On veut donner de l’aspérité à nos magasins, qui étaient peut-être un peu trop mécaniques. Nous nous donnons six mois pour faire des ajustements ». L’enseigne française, qui a récemment fêté ses 30 ans, regroupe 650 magasins français auxquels s’ajoutent 370 autres adresses réparties dans une vingtaine de pays. La marque a de fortes ambitions à l’international et poursuit son développement d’une offre e-commerce de manière offensive.

> Une étape importante pour l’enseigne, qui marque un vrai virage dans son évolution et de vrais changements stratégiques. Un concept à tester !

Actu 2 > 5 innovations mode incontournables, Influencia.

actu_5293_image2012rectangle_petite

La Mode est un secteur vaste et complexe où cohabitent tradition, artisanat et (de plus en plus) nouvelles technologies. Depuis quelques années, celles-ci ont fait le pari de la révolutionner. Personnalisation, textile intelligent, 3D … L’innovation au service de la mode semble répondre à tous les besoins et à tous les désirs de « modeuses » toujours plus exigeantes. Panorama de 5 innovations incontournables :

1) Le dressing intelligent : Clothe to me > Il s’agit d’une application « multi-tâches » qui permet de scanner son dressing et de créer des combinaisons de vêtements. Elle permet également de partager ses looks, de faire du shopping et même de revendre ses vêtements. D’après Valérie et Adeline, les créatrices du concept : « L’idée est vraiment née d’un réel besoin, il devenait vraiment nécessaire pour nous de pouvoir visionner nos vêtements sur notre téléphone et de pouvoir créer des tenues, les enregistrer pour plus tard, les modifier, etc., au final faire tout ce que nous faisions tous les matins ou tous les soirs, mais en arrêtant de retourner notre vrai dressing et notre cervelle

2) Le textile intelligent : Olympe Jaffré > La créatrice française a conçu une robe intelligente en 2011. Celle-ci possède un QR Code renvoyant à une oeuvre d’art multimédia. Ainsi, le vêtement devient média de diffusion et galerie itinérante. La créatrice invite différents artistes à « exposer » sur ses robes, inaugurant ainsi une nouvelle manière de concevoir les vêtements, via un « artisanat numérique ».

3) La personnalisation ultime : Shoes of Prey > Personnaliser ce que l’on porte : c’est l’idée générale que l’on retrouve au coeur de sa start-up. Le procédé est simple et ludique : grâce à un logiciel 3D on choisit le modèle, les matériaux et la hauteur du talon de ses chaussures. La start-up les fabrique selon les critères sélectionnés en quelques semaines et les envoie ensuite partout dans le monde.

4) Les vêtements en bois : Elisa Strozyk > Ses modèles sont conçus à partir d’une base de laine puis recouverte de bois souple, sur le principe de l’origami. Par ses créations, la designer explore de nouvelles techniques de conception et de fabrication et révolutionne l’utilisation des matériaux ou comment allier modernité et authenticité.

5) L’impression 3D : Chaemin Hong > Le principe ? créer des chaussures uniques dont les talons sont entièrement conçus grâce à l’impression 3D pour que chaque modèle soit unique.

> Des innovations toutes aussi diverses qu’intrigantes, qui ont pour but de faire évoluer le secteur et de trouver des nouvelles manières pour produire les vêtements (R&D) et faciliter la vie des gens qui les portent. Fitizzy est dans cette mouvance et s’inscrit, d’une certaine manière, dans les innovations mode.

Actu 3 > Comment créer une « connected » shopping experienceretailupdate.be.

Flat design vector illustration. E-commerce, shopping & delivery

À la fin de l’année dernière, PWC publiait le rapport « Connected and curated – Long live the store ». Il en ressort que 68% des consommateurs australiens utilisent encore le magasin physique comme première source dans le processus d’achat. De plus en plus de consommateurs semblent aussi tourner le dos aux achats en ligne pour vivre une véritable expérience connectée en magasin. L’innovation semble alors le nouveau maître mot. Voici les tendances et innovations qui permettent aux magasins physiques de combiner le meilleur des deux mondes.

La commande et paiement mobile en magasin > Chez Starbucks, on paye son café à l’avance et on va le chercher dans l’établissement de son choix. Une évolution qui mise sur la commodité, la rapidité et le service.

Les vitrines interactives > Le distributeur de vêtements United Arrow a créé une vitrine interactive « ManiquinetteBot » qui utilise la technologie Kinect de Microsoft pour imiter les mouvements des passants. Le retailer attire ainsi l’attention des consommateurs et espère les inciter à visiter le magasin.

marion

Les vitrines interactives by United Arrow

Les promotions mobiles ciblées > L’idée ? Entrer dans un magasin et recevoir immédiatement sur son smartphone un message sur des promotions spéciales de sa marque préférée. Le vendeur de cette marque a été informé de notre visite et se tient à notre entière disposition.

La video displays pour les produitsteamLabHanger est un nouveau système de magasin qui utilise des capteurs qui se trouvent dans les cintres sur lesquels sont suspendus les vêtements. Lorsqu’un client retire le cintre des rayons, des images et vidéos adaptées, avec plus d’infos sur le produit, sont instantanément affichées sur des écrans dans le magasin.

3rdbyvanquish3_R

Concept teamLabHanger

Les produits « mass customisable » > Les consommateurs d’aujourd’hui recherchent des produits uniques et customisés qui correspondent parfaitement à leurs attentes. Des technologies comme l’impression 3D (évoquée dans l’actu 2) rendent cela parfaitement possible et assureront certainement la poursuite de la croissance de ce marché.

La réalité virtuelle et augmentée > Les consommateurs qui désirent suivre les dernières tendances pourraient faire usage de la réalité virtuelle dans leur expérience shopping quotidienne. TopShop a déjà testé le concept et a combiné cette technologie avec des vidéos HD live en streaming, la photographie 360°, des tweets et des animations qui permettent aux consommateurs de faire l’expérience de ce qu’on ressent lorsqu’on est assis au premier rang d’un défilé de mode.

> Des innovations attractives qui repositionnent le magasin physique au centre de toutes les convoitises. On constate une réelle volonté, chez l’ensemble des consommateurs, de vivre une expérience shopping unique.

Actu 4 > Les femmes plus à la recherche de bons plans shopping que les hommes, Fashionmag.com.

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Les consommateurs avisés et traqueurs de bons plans sont à 75 % des femmes, estime une étude de Radins.com. Le site Radins.com a tenté d’établir le portrait type des membres de sa communauté. Les plus actives s’avèrent être les femmes de 35 ans qui travaillent. Vivant en couple, sans enfant, elles habitent une zone urbaine, principalement la région parisienne, et doivent jongler avec 1.200 à 2.300 euros de revenus par mois par foyer.

> Des données statistiques intéressantes qui permettent de comprendre à qui on s’adresse pour dresser une typologie de consommateurs. Ce type d’information est utile pour les marques qui souhaitent mettre en place des stratégies marketing ciblées.

,

Revue de Presse #52

Bonjour,

Voici notre sélection Presse de ces derniers jours :

Actu 1 > Zoomdle, Selectionnist, Wheretoget … Ces applis qui inventent le fashion-to-mobile, JDN.

tumblr_mozwxyao491sp9lq5o2_1280

De plus en plus d’acteurs digitaux jettent leur dévolu sur des services liés à la mode : flashes la photo d’un magazine, consulter la fiche du produit présenté et le commander … C’est un fait, les magazines savent susciter l’intérêt de leurs lecteurs pour les produits qu’ils présentent. Quand un célèbre magazine vente la dernière crème ou le dernier trench à la mode, il est impossible de laisser le lecteur sans davantage d’informations. De ce constat sont nées de nombreuses applications mobiles considérées comme les Shazam de la Mode. Parmi elles, Zoomdle, Selectionnist, Asap54, Smartsy, Wheretoget … Chacune son concept, chacune son modèle économique. Les résultats sont plutôt positifs puisque pour Zoomdle, voici le résultat : 1 flash toutes les 3 minutes sur l’ensemble des titres partenaires et un taux de transformation de 6 à 10%, bien supérieur à l’e-commerce classique. Toutes cherchent encore leur modèle économique idéal et toutes ont des objectifs bien précis à atteindre : l’amélioration de la technologie liée à la reconnaissance visuelle. Alors que certaines applications ont des objectifs liés à des taux de transformation, d’autres se situent plus dans le prolongement RP des marques comme Selectionnist. Le but ici ? « L’assurance d’avoir un référencement optimal et les bonnes informations produits sur Selectionnist, ainsi qu’une visibilité sur le versant inspirationnel. » D’autres applications comme Asap54 permettent de flasher des produits, non seulement sur magazine, mais aussi dans la rue et ont une dimension communautaire. Quant à Wheretoget, qui met aussi en avant l’aspect communautaire, fonctionne grâce au bon vouloir des utilisateurs. Ces start-ups spécialisées dans la reconnaissance d’articles de mode sont loin d’être les seules à vouloir se positionner puisque Shazam, lui même, n’a pas caché son intention de diversifier ses activités au-delà de la reconnaissance sonore. Certaines marques et distributeurs s’y sont également mis : Louis Vuitton, Mango, La Redoute, Célio ou encore Zalando. Quant aux éditeurs de presse, ils peaufinent eux aussi leurs applications, Vogue et Madame Figaro se seraient déjà lancés.

> Des innovations digitales mobile toujours plus poussées qui permettent ici de révolutionner nos expériences shopping. Quelle est celle qui percera ? En tous cas, on va tester 🙂

Actu 2 > Bonobo échange « like » contre promotions, Fashionmag.

346_BonoboBox

On constate chez les marques la multiplication générale des promotions. L’enseigne française Bonobo a décidé de fonctionner quelque peu différemment (et intelligemment ?) : elle fait profiter son réseau en échangeant des « like » de ses fans contre des remises. Cette opé appelée « Like the Look« propose aux fans Facebook de la marque d’afficher un pouce vers le haut sur les looks journaliers qu’ils apprécient. En échange de ces « pouces levés », ils auront droit à des promotions pouvant atteindre -30% sur une sélection d’articles. Mais surtout, plus les « like » seront nombreux, plus grande sera la remise.

unnamed

> Une stratégie originale qui gagne à être payante pour l’enseigne française. Une stratégie commerciale à envergure communautaire qui, non seulement incite les clients à l’achat, mais permet également le développement de la communauté et l’attachement des fans à la communauté Bonobo.

Actu 3 > Ciblage marketing : la femme aux multiples visages, E-marketing.

quelle-shoppeuse-etes-vous_16-8-555x276

C’est à une femme toujours plus prescriptrice que les marques s’adressent. Une femme multi-facette, en attente d’un discours pour chacune de ses envies, mais évitant les stéréotypes réducteurs.

  • Des femmes plus que jamais impliquées dans la décision d’achat

Il semblerait qu’elles influencent au moins 64% des achats sur une grande variété de secteurs d’activité. Les femmes sont devenues de véritables expertes, au delà de la mode et de la beauté, dans quasiment tous les secteurs, y compris dans les domaines qui jusque là étaient plutôt réservés aux hommes. Malgré tout, les produits qui comportent une innovation technologique restent une affaire masculine. Aussi, et ça ne nous étonne pas, les femmes entre 18 et 54 ans, notamment avec les enfants, se montrent plus engagées, plus solidaires et plus soucieuses d’une consommation éthique, biologique et respectueuse de l’environnement que les hommes. Bref, des différences qui s’estompent, des intérêts qui s’élargissent et des perspectives qui s’ouvrent à la gent féminine.

  • … mais au profil de plus en plus complexes.

La fameuse ménagère de 50 ans, issue de la période des 30 Glorieuses, n’est plus même si elle est toujours, on ne va pas se mentir, au coeur de la consommation. On fait aujourd’hui face à une femme multifacettes et avertie. Les marques ont compris que les femmes devenaient prescriptrices dans tous les domaines. Elles doivent envisager cette multiplicité et s’habituer à utiliser plusieurs discours pour leur parler; toutefois en évitant les discriminations habituelles. Les marques, ont cependant, beaucoup de difficultés à prendre en considération leurs attentes. Pour s’adresser à elles, il est important de valoriser les femmes et de ne pas véhiculer les stéréotypes en sexuant les produits par exemple. Il faut au contraire réussir à les doser. L’important est de trouver le discours le mieux adapté à sa cible : une banalité marketing qui reste toujours l’enjeu à ne pas rater.

  • La consommation : un moyen de construction identitaire ?

Isabelle Decoopman (professeur à Skema Business School) et Alexandra Madiot (responsable communication chez Fiat) nous explique à travers une interview comment la consommation est un excellent moyen pour construire une identité individuelle.

  • La prescription : une histoire de femmes ?

73% des femmes déclarent être « Hub décider woman » c’est à dire « centre de décision ». Le comportement de la gent féminine dans son rôle de prescriptrice est à prendre en considération. Même si elles ont parfois besoin de conseils humains, elles ont un rôle prépondérant dans la prise de décision. En matière de prescription, il est également important de suivre, de près, les réseaux sociaux.

> Une étude très enrichissante qui permet de reconsidérer la consommatrice prescriptrice et de la placer au coeur des stratégies commerciales. Des indices de comportements intéressants pour les marques, qui peuvent ainsi orienter leur communication et leur stratégie.

Actu 4 > Le marché de l’électronique prêt-à-porter va doubler en 2015, Fashionmag.

4652585_apple-watch-b4b2f181308-w400_545x460_autocrop

Plus de 45 millions d’accessoires vestimentaires électroniques, les « wearables », devraient être vendus cette année dans le monde, et leur nombre devrait presque tripler d’ici 2019, emmenés par les appareils portés au poignet. Beaucoup de fabricants ont misé sur les appareils portés au poignet, qui devraient représenter plus de 80% des ventes totales. Parmi eux, les appareils compatibles avec des applications conçues par des tiers devraient fortement aider à la croissance de ce nouveau marché. On attend, notamment, avec impatience, la montre connectée d’Apple. Après les montres connectées, il y a les appareils modulaires, les vêtements connectés (estimé comme le marché en plus forte croissance étant donné son potentiel), les lunettes qui devraient séduire avant tout les utilisateurs professionnels sur des marchés spécifiques. Il semblerait que le marché se concentre davantage sur des appareils plus chers mais qui offrent davantage de fonctionnalités.

> Des perspectives prometteuses malgré un marché complexe. La clé du succès sera de créer des usages convaincants pour les consommateurs. Car il s’agit là d’innovations technologies certaines qui comportent malgré tout quelques petites contraintes. We’ll see … 😉

,

Revue de Presse #50

Aujourd’hui on fête notre 50ème Revue de Presse … déjà !

Alors, quoi de neuf dans l’actu ces derniers jours ?

Actu 1 > 8 technologies qui rendent les magasins intelligents, ecommercemag.fr.

technologies-futuristes-qui-inspirent-commerces-1-F

Le monde du retail est en pleine effervescence. Il doit évoluer en fonction des nouvelles attentes des consommateurs. Le Pôle de compétitivité des Industries de Commerce met en scène 8 innovations qui feront le magasin de demain.

– La toute première est … Fitizzy, bien sûr ! Mais on ne vous la présente plus 😉

– Pour les personnes qui aiment jouer, il y Limpidius. Cette appli propose un concept nouveau : récompenser  l’effort d’achat des clients. Le principe ? Celui-ci reçoit un ticket de caisse terminé d’un QR Code. Il se rend à une borne interactive, scanner le QR Code, joue pour tenter de repartir avec son panier !

– Xilopix est un moteur de recherche innovant car visuel et tactile. Avec cette appli, la recherche de produits devient simple ludique et efficace. Testée chez Leroy Merlin, cette solution propose également des suggestions de produits se rapprochant des articles achetés. Elle inclue aussi la reconnaissance du produit sur mobile.

– Avec l’appli flash&get, le « shazam » du commerce, le client peut acheter un produit qu’il voit chez un ami, sur un abribus, sur une affiche ou encore dans le catalogue … en flashant avec son smartphone pour la reconnaissance d’image. Grâce au « one click paiement » il paie son article sur son mobile en saisissant un code confidentiel puis il choisit le point de vente le plus proche de chez lui pour aller retirer son article ! Ce dispositif très intelligent est testé en ce moment chez Ikea.

Lifi (Artcom) crée le caddie 2.0 : le long d’un linéaire de magasin, cette appli propose de capter l’attention du consommateur en poussant sur son caddie connecté une vidéo du produit qui se situe à proximité et à des coupons de réduction. Cette technologie repose sur la transmission de data dans la lumière des projecteurs du magasin.

Ubudu a développé un boitier Ibeacon, basé sur la technologie Bluetooth. Cette appli propose un parcours client sur-mesure en fonction des besoins et des attentes des consommateurs. En entrant dans la boutique, le client reçoit un message personnalisé sur son smartphone et sur la dispo d’un produit qu’il sollicite. Il est ensuite invité à consulter la fiche détaillée de l’article et les avis des consommateurs. À la sortie, on lui demandera son feedback sur son expérience.  Une balise est dispo dans chaque rayon, afin que chaque client puissent observer les données recueillies.

– Enfin, Meezprint a développé une technologie 3D. L’idée ? Scanner, à l’aide d’une tablette, le visage ou le corps des clients. Le logiciel le reconstitue en 3D. Il est ensuite possible de l’imprimer en 3D en figurines en résine. Ensuite, à chacun d’inventer son usage. le but est de proposer des produits différents et de rendre le consommateur acteur dans la personnalisation d’objets.

> Un ensemble d’applications innovantes qui nous redonnent, plus que tout, l’envie d’aller faire ses courses en magasins. Délaissé depuis quelques temps au profit du web, le magasin est replacé au coeur du commerce grâce à ces applications … mais un commerce désormais connecté voire ultra connecté ! Chez Fitizzy, on adore, forcément 😉

Actu 2 > Les internautes se fient à la réputation des marques en ligne, Fashionmag.com.

Illustration shopping in Internet

Les marques sont souvent soucieuses de l’image qu’elles drainent sur Internet et elles ont raison. Leur e-réputation conditionne généralement l’acte d’achat dans la majorité des cas.  Faire son shopping est devenu le deuxième usage courant le plus répandu sur la toile après le suivi de l’actu et devant la communication avec son entourage. Le web est un excellent outil d’information sur les produits et services convoités : 80% des utilisateurs s’y renseignent avant d’acheter, que ce soit en ligne ou en magasins. Ce sont souvent les blogs, les forums et les sites de consommateurs qui sont les sources les plus consultées. À noter que les réseaux sociaux deviennent de plus en plus prescripteurs en la matière : plus de la moitié des internautes consultent ces réseaux avant d’acheter sur un site e-commerce ou de se rendre en boutique. Un pratique évidemment plus courante chez les jeunes. Les internautes avouent d’ailleurs qu’il sont très influencés par les avis négatifs trouvés sur le web. Une mauvaise réputation d’un produit conduit, la plupart du temps, le consommateur à renoncer à ce produit.

> Au regard de ces chiffres, on comprend que pour les marques, soigner sa présence sur la toile est primordial et pas seulement sur les sites marchands. Il est important de maitriser sa communauté et les contenus qui existent sur le web. Un vrai travail de modération est alors à faire si les marques veulent garder leur bonne réputation et e-réputation. Le web a une influence de plus en plus grandissante et ce n’est que le début.

Actu 3 > L’infographie du jour : à quoi ressemble la vie d’une blogueuse mode ?, Grazia.fr.

Leur vie fait souvent rêver si l’on est abonné à leurs comptes Facebook et Instagram, mais à quoi ressemble vraiment le quotidien des fashion blogueuses ? Pour y répondre, le site Hellocoton a eu la bonne idée de lancer, en février dernier, une grande enquête à laquelle près de 300 blogueuses ont répondu. Les résultats ont été compilés en une infographie didactique, originale et colorée ! On y apprend notamment que 16% d’entre elles postent des looks qu’elles ne portent pas vraiment dans la réalité ou encore que 2% d’entre elles ont 8 vêtements sur 10 qui sont offerts par des marques …

infographie_blogueuses_mode

> Une infographie plutôt bien faite et enrichissante qui nous apprend beaucoup sur le comportement des blogueuses et sur leur manière de fonctionner. On en a souvent parlé dans les revues de presse précédentes. La blogueuse est aujourd’hui considérée comme un leader d’opinion incontournable, elle est la nouvelle journaliste mode, celle qu’il faut à tout prix contacter, celle qu’il faut absolument inviter aux événements. Toutefois, le sujet des blogs est de plus en plus controversé … On pense notamment à l’une des françaises les plus réputées à l’international : Betty du Blog de Betty. L’Express lui avait consacré un article en novembre dernier !

Actu 4 > Futur : le magasin doit devenir sensationnel, Influencia.

actu_5210_image2012rectangle_petite

On constate une vraie volonté d’émerveillement chez les français. Face aux grandes évolutions du commerce jumelé au numérique, les consommateurs sont exigeants vis à vis du point de vente. On constate un sentiment de frustration mêlé à de l’attachement chez les consommateurs français. Le cahier prospectif sur le futur des magasins (réalisé par Dentsu Aegis) indique par exemple que 40% des français pourraient se passer de magasins physiques si le numérique proposait des mêmes services. Ce qui est bien sûr difficilement envisageable car chacun, malgré les passerelles entre on et off line, a son propre territoire d’expression. Malgré les moyens mis en place pour améliorer le point de vente et le changer en lieu de vie numérisé, beaucoup reste à faire. Presque 100% des français sont dans l’attente d’innovations fortes dans les points de vente physique (notre actu 1 pourrait à ce titre les satisfaire 🙂 ). Le digital ne semble pas compenser les frustrations perçues dans le monde physique : plus le physique est perçu comme indispensable pour une certaine catégorie de produit (PAP, déco, brico …), plus le public pense que l’innovation n’est pas assez présente. L’article et les chiffres nous précisent toutefois qu’un français sur quatre trouve les magasins physiques satisfaisants en l’état actuel. En terme d’évolution dans les services, la tendance du click and collect fait partie des attentes des consommateurs, même s’ils sont attachés aux conseils et à l’expérience produits.

Pour plus de précisions, on vous invite à lire l’interview de Benoit Régent, le Directeur Général de We Believe chez Dentsu Aegis Network  qui explique ce que doit être le magasin du futur pour contenter nos concitoyens.

> Une étude très intéressante, comme souvent sur Influencia, qui remet, une fois de plus, la place du magasin au coeur de tous les questionnements. Quoi qu’il en soit, le magasin retrouve son importance et sa légitimité. De nombreuses applications (cf. actu 1) voient le jour régulièrement pour faire du magasin : le nouvel espace où il faut être ! Des évolutions et perspectives intéressantes en tous cas. We’ll see …

La revue de presse : Fitizzy au salon VAD Conext

« Les taux de retour de l’e-commerce de prêt-à-porter sont de 25% »

La revue de presse : Fitizzy au salon VAD Conext - Journal de Net

Notre Responsable Communication Aurore VANACKER a rencontré Flore Fauconnier – journaliste spécialiste de l’économie numérique au Journal du Net – pendant la conférence d’ouverture du salon VAD Conext. Intéressée par notre concept, elle a suivi Aurore jusqu’à notre stand. Nous lui avons présenté les retours d’expérience de nos premiers sites clients.

Dès le lendemain, Flore publiait un article sur le Journal du Net dans lequel elle confirme que Fitizzy « contribue à améliorer considérablement les ratios » du e-commerce de prêt-à-porter (taux de retour et taux de transformation). http://bit.ly/1h0XODx

« Le nouveau passeport morphologique »

La revue de presse : Fitizzy au salon VAD Conext - BFMComme chaque semaine, BFM TV, en partenariat avec Frenchweb a élu la « startup de la semaine ». Sébastien RAMEL, le fondateur de Fitizzy, a donc échangé pendant 30 mn au téléphone avec Marion Moreau, rédactrice en chef de Frenchweb, en direct du salon VAD Conext pour répondre à toutes ses questions. Cette dernière a été reçue par François Sorel sur le plateau de L’Atelier Numérique sur BFM TV où elle a lancé un «  Coup de chapeau pour cette startup lilloise qui à mon avis un bel avenir devant elle ». Selon elle, « on n’innove pas tous les jours dans le e-commerce » et avec Fitizzy, nous instaurons une « relation de confiance » entre les marques et les internautes qui aura un effet de « booster de taux de transformation » Pourquoi ? « Car si on sait pratiquement à 100% que ce sera la bonne taille, on va commander plus facilement » insiste François Sorel, animateur de l’émission  sur BFM TV. http://bit.ly/19SSZpk

«5 startups qui innovent dans le commerce connecté »

Le magazine L’Entreprise nous sélectionne parmi les projets les plus innovants du Connected Innovation Village.  http://bit.ly/18D9CSc

Le traducteur de taille

Yannick Boucher, chef du service économique à la Voix du Nord, rappelle les propos de Gaultier Monier, co-fondateur de Fitizzy: « un client heureux est un client fidèle. » http://bit.ly/Hszjze

Supers-héros

Dynamique-Mag nous intègre parmi  « Les Fantastic Five de l’e-commerce lillois ». http://bit.ly/1aDT3IO

«Créer une véritable expérience consommateur »

Locita nous cite parmi les grandes innovations du salon VAD Conext. http://bit.ly/1aDThiY