,

La digitalisation : le booster des marques-leaders ?

web-instore-mock-up

 

Attirer et retenir le client en boutique : c’est le grand défi des marques en 2016. Hyper-connecté, le client a accès à des quantités d’informations où qu’il soit, et admettons-le, il a tendance à délaisser les boutiques classiques devenues « has been ».

Il est devenu exigeant, infidèle et influent, il se déplace quand il sait qu’il trouvera en magasin une valeur ajoutée que son portable ne peut pas (encore) lui offrir. De quelle valeur parle-t-on ?  La réponse est simple : celle de vivre expérience shopping hors du commun.

 

Rendre le shopping plus ludique


Grâce aux nouvelles technologies, les marques peuvent concevoir un parcours d’achat original et différenciant, tout en maintenant leur univers de sens. On parle du « phygital », où comment intégrer les atouts du digital dans des lieux physiques. En incluant cette dimension hybride à leur stratégie retail, les marques se donnent les moyens de toucher une clientèle curieuse et connectée.

Cette clientèle sélective qui clique plus vite que son ombre et qui maîtrise toutes les astuces du shopping sur internet (ventes exclusives et autres promotions uniquement disponibles sur internet), ne se déplace généralement en boutique que pour « tâter » les produits qu’elle a préalablement chassés sur internet.

Peut-être vous identifiez-vous dans ces quelques lignes ? Alors reconnaissez que réussir à  attirer ce type de clients, le garder dans la boutique, et lui donner envie d’y revenir plus tard relève du défi !

Tels sont (entre autres) les objectifs de la digitalisation des points de vente, phénomène que vous risquez de tester dans un futur proche. Du moins on vous le souhaite.

Même si cette démarche de transformation des boutiques n’est pas encore monnaie courante, certaines marques se démarquent de leurs concurrents en proposant ce genre d’expériences ludiques et innovantes. Une prise de risque souvent payante pour ces marques qui osent se lancer (#leaders) et ouvrir la voie aux autres marques moins téméraires (#followers).

Illustration avec la marque de sport Nike, qui a gagné une longueur d’avance en installant un dispositif de 3 modules digitaux dans son flagship berlinois : un imposant mur vidéo de 9m2, une table tactile et un e-shop intégré dans les rayons. *

 

nike

 

Le « media wall » permet aux clients d’avoir accès au réseau social de la marque sur un écran XXL, la « table magique » réagit au contact des produits et les analyse, et l’e-shop permet aux clients de commander les produits qui seraient indisponibles en magasin.

Autre illustration hors-normes dans le secteur plutôt traditionnel de la lingerie, avec la  marque de sous-vêtement Undiz, qui fait sensation avec son concept store de Toulouse : « Undiz Machine ».**

 

undiz

 

« Undiz Machine », c’est une petite révolution à base de bornes digitales et de capsules aéro-propulsées dans des tuyaux, rien que ça. Le principe : la cliente sélectionne un produit sur la borne digitale, et celui-ci voyage depuis le stock jusqu’en magasin dans un tuyau transparent. Résultats : une expérience inédite pour les clientes, et la maximisation de l’espace pour la marque qui ne pouvait pas présenter tout son stock en rayon. Un concept qui allie originalité et rentabilité.

 

Attirer le e-shopper en boutique


En plus de rendre la boutique plus attractive, les nouvelles technologies peuvent aussi être génératrices de trafic : la e-réservation et le click & collect qui relient le e-shop à la boutique s’ancrent de plus en plus dans les habitudes d’achat des consommateurs, et l’application mobile Fitizzy suit le même chemin.

Celle-ci permet aux consommateurs de créer leur « passeport morphologique », et de connaître leur taille en scannant les codes-barres des articles en magasin via leur smartphone.  Cette application géolocalise les points de vente dans lesquelles elle est activée, et invite le client à s’y rendre.

Quand on sait que 64% des français déclarent utiliser leur mobile en magasin***, on comprend l’aspect différenciant de cet outil.

Pour l’instant, peu de shoppers utilisent leur smartphone pour connaître la bonne taille à acheter en boutique. Mais il est fort probable que ce ne soit qu’une question de temps, et que cette application devienne bientôt aussi incontournable que la e-reservation ou le click&collect. Nous, on tient le pari que dans quelques années, cette innovation sera devenue l’allié indispensable de toutes les virées shopping !

 

Sources :

*http://www.capitaine-commerce.com/2015/09/11/45304-la-magasin-du-futur-selon-nike/

**http://www.altaviawatch.com/activation-commerciale/undiz-devoile-un-nouveau-concept-de-magasin/

http://lab.vente-privee.com/undiz-machine-le-digital-la-rfid-au-service-du-commerce/

*** http://www.digitaslbi.com/fr/actualites/france/les-attentes-du-consommateur-connecte-2015--multi-screen-social-shopping-personnalisation-les-composants-essentiels-de-la-nouvelle-experience-retail/
,

E-commerce : transformer vos visiteurs en clients satisfaits.

bureau

 

Les marques de prêt-à-porter ont bien compris qu’elles devaient redoubler d’efforts pour capter l’attention des consommateurs. Leur univers digital prend de plus en plus d’importance, il permet au consommateur connecté de découvrir l’univers de la marque quand il veut et où il veut, d’où l’importance de construire une stratégie digitale forte et, si possible, qui incite les internautes à se déplacer jusqu’en boutique.

Nous vivons dans un monde connecté et hyperconcurrentiel propice à l’infidélité du client, toujours en quête de « nouveau » et de « mieux ».

 

Comment tirer son épingle du jeu ?

En maximisant l’expérience digitale que l’internaute vivra avec la marque. Le e-commerce fait partie de l’écosystème global d’une entreprise, sa vision et ses valeurs doivent transparaître dans son univers digital, et doivent surtout donner envie à l’internaute d’en découvrir plus, de faire partie de son aventure.

Mais il ne faut pas s’arrêter là ! Séduire un internaute avec son univers et ses créations, c’est génial. Le faire passer à l’achat, c’est encore mieux, mais beaucoup plus difficile.

En moyenne, un internaute aura vu une cinquantaine de pages boutiques (pages listes et pages produits) avant de de passer à l’achat, et près de ¾ de ces pages sont vues au cours de sessions non-transactionnelles* : c’est le « lèche-vitrine », activité qui consiste à « flâner devant les vitrines des boutiques » et qui s’est elle aussi digitalisée, au grand dam des e-commerçants.

Il s’avère donc nécessaire de mettre en place tous les leviers possibles pour convertir ces « flâneurs » rapidement. Heureusement, de plus en plus de solutions digitales fleurissent pour répondre à cette réalité, citons par exemple :

  • le long scrolling, qui évite l’attente du chargement et l’abandon du client.
  • la wish list, qui agit en tant que pré-sélection et bascule vers l’ajout au panier.
  • le chat communautaire, qui offre une qualité d’accueil et crée du lien avec l’internaute.
  • l’assistant shopping, qui rassure l’internaute et l’incite à passer à l’achat.

Intéressons-nous à cette dernière solution qui est propre au secteur du prêt-à-porter, et qui répond à une problématique que nous connaissons tous : les erreurs de taille. Chacun sait que sur internet, rien n’assure que notre article coup-de-cœur répondra à nos attentes, et qu’il épousera nos courbes comme on aimerait qu’il le fasse…

 

La naissance des assistants shoppings

Contrairement aux avatars et aux cabines d’essayage virtuelles (plus distrayants qu’autre chose), les assistants shopping sont des outils qui interviennent pour booster le processus d’achat. Ils rassurent le client en supprimant le principal frein à l’achat sur internet : LE choix de la taille avant la mise au panier.

Pour le shopper, c’est une aide fiable et appréciable qui le conforte dans son choix, et pour la marque, c’est un outil d’aide à la vente qui s’intègre à son univers digital et impulse son chiffre d’affaires e-commerce.

Vous êtes sceptique ?

Ne le soyez pas, nous avons noté une augmentation du taux de transformation allant de 1 à 5% chez les sites qui proposent cet outil à leur clientèle. Un résultat plutôt notable quand on sait que ces outils ne font pas encore partie du quotidien de la majorité des internautes.

La bonne nouvelle, c’est que les assistants shopping demandent peu de travail et rapportent de l’argent aux marques. Des poules aux œufs d’or. Un service personnalisé et intuitif, facile à installer, qui grossit les ventes en ligne et diminue les retours de produits – dont les coûts sont quand même loin d’être négligeables.

Illustrons l’impact financier des erreurs de tailles, en nous basant sur 50 000 ventes mensuelles :

 

illustration

 

Grâce à un assistant shopping, cet argent, les marques pourraient le garder (et c’est ce qu’il faut retenir).

Il existe plusieurs assistants shopping aujourd’hui, mais une infime partie des internautes les connaissent et les utilisent. Ce n’est probablement qu’une question de temps. Si votre curiosité est piquée, je vous invite à découvrir la solution Fitizzy, qui allie simplicité et précision.

Fruit de plusieurs années de recherche et développement, cette solution prend la forme d’un plugin sur les fiches produits des sites marchands. L’internaute n’a qu’à cliquer dessus, entrer quatre données basiques et cliquer sur le bouton « trouvez votre taille ». Les équations et algorithmes de Fitizzy vont alors analyser ces données et calculer son profil morphologique, avant de lui recommander la taille adaptée pour le produit qu’il aura choisi.

Cet assistant shopping complète donc l’éventail des solutions qui aident les e-commerçants à faciliter le processus d’achat, qu’il s’agisse d’un achat en ligne ou cross-canal. Une fois que l’internaute connaît sa taille pour le produit qui lui plaît, libre à lui de l’ajouter à sa wishlist ou à son panier, ou d’activer la e-réservation s’il souhaite l’essayer ou le retirer en boutique.

Autre aspect intéressant de Fitizzy : sa dimension sociale qui en fait un générateur de trafic pour les e-commerçants. Chaque internaute peut créer son compte via le site Fitizzy.com, pour y enregistrer son passeport morphologique et inviter ses proches à faire de même. Grâce à cette démarche, chacun peut désormais connaître la taille de ses proches grâce au plugin Fitizzy, et leur offrir des produits en toute sérénité.

Sources : *Content square – étude réalisée sur 6 mois entre Novembre 2014 et avril 2014

eBook : 3 résolutions pour les acteurs du e-commerce

Quelles résolutions pour les acteurs du e-commerce selon Fitizzy  ?

 

Inteface-LivreBlanc2016_FacebookPubli (1)

 

Sébastien Ramel, cofondateur de Fitizzy vous livre les 3 résolutions essentielles dans l’eBook de Wizishop !

Wizishop a réuni 62 experts du e-commerce et en a profité pour leur demander les meilleurs conseils pour réussir la vente en ligne en 2016. Expérience utilisateur, référencement, social selling, mobile et bien d’autres thèmes sont abordés dans cet eBook. Des conseils qui raviront les passionnés du digital, les commerçants qui se lancent dans la vente en ligne ainsi que les cybermarchands aguerris. Ce recueil riche et inédit est donc l’occasion de dessiner les contours du e-commerce.

A quoi ressemblera un site de e-commerce demain ? Quelles fonctionnalités faut-il ajouter sur son site pour être capable d’apporter une solution adaptée à ses clients ? Comment rendre unique la relation entre la marque et un client ? De nombreux éléments de réponses se trouvent dans ce livre où chaque expert de la vente en ligne donne sa vision sur le futur du commerce.

C’est un fait, les ventes sur internet continuent de progresser.  Le textile est par ailleurs un secteur à part entière, qui se place à  la seconde position en terme de chiffre d’affaires du e-commerce.* De nombreux défis attendent les acteurs de ce domaine qui veulent adapter leur stratégie à l’ère de l’omnicanal.

Fitizzy  s’inscrit pleinement dans cette démarche et permet aux marques de prêt-à-porter, de lingerie et de chaussures de solutionner le problème du choix de la taille pour leurs clients, et ainsi d’améliorer leur expérience shopping.

A l’intérieur de ce eBook, découvrez quelles sont les 3 résolutions à prendre selon Fitizzy pour votre site e-commerce en 2016.

Pour télécharger gratuitement le eBook, cliquez ici.

Et pour en savoir plus sur les solutions proposées par Fitizzy, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante : contact@fitizzy.com

Bonne lecture à tous !

Source : Chiffres clés FEVAD 2015