L’invasion des face-kinis en Chine

Le photographe utilise la lumière d’un flash émis à très forte puissance qui donne une ambiance « nuit américaine ».

Décidément nos amis chinois font parler d’eux … On le sait, la pâleur est synonyme de raffinement pour les chinoises, tandis que le hâle et la peau cuivrée sont plutôt l’apanage des travailleurs agricoles.

En vacances, les chinoises sont adeptes du face-kini, la nouvelle tendance estivale 2015 qui empêche de bronzer et que l’on retrouve sur les plages. Mais qu’est-ce que le face-kini ? Il s’agit d’un accessoire souvent assorti d’une combinaison intégrale portée près du corps, pour se baigner sans brunir mais aussi pour se prémunir des éventuelles piqûres de méduse.

Sur les plages de Qingdao, station balnéaire très touristique de la côte orientale chinoise, les baigneuses masquées ne surprennent plus, même si les adeptes des face-kinis choisissent des couleurs de plus en plus fluos.

Souvent âgées et ne sachant pas nager, on a l’impression d’être face à une brochette de super-héros émergeant des profondeurs marines …

Désormais, les combinaisons couvrantes et les face-kinis, en coton ou en acrylique, se déclinent dans toute une gamme de couleurs, s’inspirant même des masques bariolés traditionnels de l’opéra de Pékin.

Curieux non ?!

Allez, bonne journée au bureau pour ceux qui travaillent … Et sous le soleil pour les autres 😉

(source : Fashionmag.com)

Revue de Presse #68

Hello chers followers,

Voici notre nouvelle Revue de Presse !

Actu 1 > Dormeuil adopte la 3D sur son site Internet

afaa

Visuel du système 3D Generator.

Dormeuil, le spécialiste des tissus et tailleurs sur-mesure est un adepte des nouvelles technologies et le prouve en adoptant le 3D. Le système Generator a été lancé sur son site Internet : une technologie permettant de visualiser une sélection de 30 nouveaux tissus de sa collection, sous toutes les coutures. Ainsi, une modèle en 3D peut ainsi être vêtu d’un costume, combiné avec un pantalon. L’enseigne précise d’ailleurs que pour rester à la pointe de l’innovation ils ont voulu une vision 3D aussi proche que possible d’un vêtement fini !

> Un outil intéressant et innovant pour cette marque. La vision 3D en réalité augmentée permet au client, derrière son ordinateur, de se projeter et d’imaginer le rendu réel du vêtement. Un outil qui devrait augmenter les ventes en ligne … Il ne reste plus qu’à ajouter la solution Fitizzy et la marque explose ses ventes 😉

Actu 2 > Flayr permet d’acheter les produits vus sur Instagram

7f2a

Principe de fonctionnement de l’application Flayr – Flayr.

Après l’achat possible sur Twitter et Pinterest … Bonne nouvelle, l’application Flayr en développe une pour Instagram, le réseau qui permet de poster photos et vidéos. Un vrai terrain de jeu pour les instagrammers fans de mode qui postent leurs looks. Beaucoup d’autres cherchent à savoir où acheter les produits qu’ils ont vu en photo. Flayr propose justement un moyen simple et efficace d’y parvenir. L’application permet de retrouver et de décortiquer ces looks en spécifiant la marque et le prix de chaque pièce. L’achat se fait lui directement sur l’application Flayr ou redirige vers l’e-shop de la marque. Flayr possède des partenariats avec plus de 8 000 marques à renommée internationale jusqu’aux jeunes créateurs. Le but des créateurs de l’application ? Simplifier l’expérience d’achat sur mobile.

> Une application qui renforce, une fois de plus, le rôle du m-commerce dans les canaux de distribution. Bien plus qu’un simple rôle de communication, les réseaux sociaux muent et s’intègrent ainsi dans la stratégie purement commerciale des marques. Le m-commerce avenir du e-commerce ?! Il semblerait que oui !

Actu 3 > Step-in : l’application qui récompense les consommateurs pour être entrés dans un magasin

47e1

Step-in, une application pour booster le trafic en magasin.

Générer du trafic en magasin est aujourd’hui un enjeu majeur pour les marques et enseignes, particulièrement à l’heure ou les e-commerçants mettent les bouchées doubles pour améliorer les expériences clients. Step-in est une appli qui récompense les clients pour avoir simplement passé la porte d’un magasin ! Plus de 10 enseignes (soit environ 1300 magasins) se sont laissées convaincre depuis le lancement de l’application en janvier dernier. Côté utilisateurs, ils sont 80 000 à l’avoir télécharge pour 50 000 actifs. Le concept ? Lorsqu’un utilisateur de l’appli entre dans un magasin appartement à une enseigne du réseau Step-in, il cumule des points appelés « steps », qu’il peut ensuite transformer en cadeaux (chèque-cadeau, boisson chez Starbucks ou encore un iPad pour les meilleurs clients). Le barème de ces points est fixé librement par les enseignes. Par exemple : 10 points pour être entré dans le magasin, 5 points pour avoir consulté le catalogue sur son mobile et 5 pour être monté à l’étage. Pour le consommateur, l’intérêt de se rendre en magasin devient alors évident. Et les enseignes adhérentes au concept voient leur trafic croître. C’est Step-in qui prend en charge l’installation technique en magasin : un boîtier fonctionnant aux ultrasons (pour la comptabilisation des visiteurs). La startup propose aux marques et enseignes de communiquer avec leurs clients. Lorsque l’utilisateur entre dans un magasin utilisant cette solution, il peut en effet bénéficier d’offres proposées par l’enseigne – chacune étant libre d’offrir ce qu’elle souhaite pour inciter le visiteur à effectuer un achat. Quant aux clients, ils doivent tout simplement télécharger l’appli et l’ouvrir en magasin. Dans le cas d’une visite sans achat, l’appli propose au client de lui poser des questions pour comprendre pourquoi il n’y a pas eu d’acte d’achat. Un service qui permet aux enseignes d’identifier des problèmes et d’éventuellement les résoudre. Le projet ? Elargir son offre à d’autres secteurs …

> Un système de fidélisation intéressant et original pour les marques et enseignes. Une excellente manière de stimuler la visite du client en le récompensant, donc en le gratifiant. Un prolongement de la digitalisation des magasins et un réel bénéfice pour les enseignes adhérentes, qui devraient voir leur ventes augmenter … On aime, on approuve et on testera !

Actu 4 > E-commerce : le portail BlackFriday arrive en France

 

Aux Etats-Unis, le Black Friday est une institution depuis de nombreuses années. Se déroulante lendemain du repas de Thanksgiving, le « vendredi noir » (aussi appelé « le vendredi fou »), désigne un jour, ou parfois un week-end entier de soldes exceptionnelles. L’agence R-Advertising, spécialiste des solutions pour l’e-commerce, le décline à la française, sur Internet. Fort de son succès rencontré en novembre dernier au Brésil, le portail BlackFriday arrive donc en France, proposant aux marques de référencer leur catalogue afin de maximiser leurs ventes à l’occasion de la fameuse journée de promotion. Le portail revendique avoir généré quelques 65 000 commandes pour 7,7 millions d’euros au Brésil en novembre dernier. Son procédé repose notamment sur la possibilité offerte aux internautes de constituer à l’avance leur panier, pour ensuite le valider à la date fatidique.

 

> Une opération qui devrait, sans nul doute, rencontrer le succès escompté, étant donné l’engouement des consommateurs français pour les périodes de soldes. Une plateforme intelligente qui met en valeur les e-commerçants et les aide à optimiser leur activité en boostant leur visibilité et en facilitant l’acquisition de nouveaux leads qualifiés. On aime le concept !

 

À la semaine prochaine ! 😉

 

,

« Aerie Real » : la marque anti Photoshop

o-AERIE-1-570_0

La Campagne #AerieReal

La marque de lingerie américaine Aerie (la ligne de lingerie de la marque de vêtements American Eagle) a vu ses ventes augmenter de 10% à la suite du lancement d’une campagne de pub montrant en photo des modèles non retouchés.

La stratégie marketing anti-Photoshop « Aerie Real » de la marque a été récompensée. Inaugurée il y a un an, elle vise à redonner confiance aux adolescentes. En effet, la marque a renoncé aux top models et a choisi de mettre en scène des jeunes femmes au look naturel en bannissant de ses photos promotionnelles les retouches photos.

Le but de cette campagne ? Redonner confiance aux femmes et prouver qu’il n’est pas nécessaire de retoucher une photo pour capter l’attention des clientes et vendre. Bien au contraire, il est important de montrer aux femmes qu’il existe un style fait pour elles, quelle que soit leur taille et leur morphologie.

Cette campagne ne révolutionne pas le monde de la mode mais elle a le mérite de remettre en cause l’utilisation systématique de Photoshop pour gommer les petits défauts physiques qu’il faut, au contraire, accepter !

Sur les campagnes « Aerie Real », la marque revendiques ces tâches de naissances, ces tatouages, ces fossettes, ces vergetures, ces petits bourrelets … et on aime car on s’y retrouve ! En mettant en avant une vision naturelle de la femme, la marque de lingerie a réussi à surfer sur l’air du temps. Car les consommatrices sont demandeuses de simplicité et de naturel.

D’ailleurs, l’actrice Emma Roberts a signé pour devenir la future égérie de la marque, ajoutant qu’elle refuserait à l’avenir que ses photos d’elle soient retouchées.

Si seulement des marques françaises pouvaient prendre ce même genre d’initiative … 😉

(source : Terrafemina)

,

Clevercare : le combat écologique d’H&M

Capture d’écran 2015-07-21 à 14.50.12

Le géant suédois de la mode espère généraliser à l’ensemble de l’industrie son système d’étiquetage des vêtements pour un entretien plus écologique, lancé l’an dernier lors du congrès mondial de la mode durable.

En effet, H&M a décidé d’aider les consommateurs à mieux laver leur linge. Selon l’enseigne, le lavage, le séchage et le repassage d’un vêtement représentent 36% de l’impact environnemental total qu’il aura pendant sa durée de vie. Ce pourcentage peut être réduit de moitié en faisant des choix judicieux.

Lancé au Copenhagen Fashion Summit, le programme d’H&M : le label Clevercare a pour but de réduire l’impact écologique de l’entretien de notre garde-robe : en les lavant moins souvent à des températures basses, en les repassant moins et en évitant le sèche-linge.

clevercare-labels

Astuces d’éco-entretien pour les vêtements.

Ce programme s’appuie sur un nouvel étiquetage des articles textiles de la marque suédoise. Le symbole – un tournesol bleu – figurant sur cette étiquette a été développé en partenariat avec le Groupement international d’étiquetage pour l’entretien des textiles (Ginetex), l’organisme qui a établi le système international de symbole d’entretien le plus répandu sur les produits textiles.

Par exemple, lorsqu’il est écrit sur un vêtement qu’il se lave à 40°, la présence du logo signifie qu’un lavage à 30 est aussi possible quand cet article a été porté qu’une fois ou s’il n’est pas trop sale.

Toutes ces astuces sont centralisées sur un site dédié à l’initiative, clevercare.info. Du lavage au repassage, en passant par le séchage et même le nettoyage professionnel, des fiches pratiques égrenant, illustrations à l’appui, des constats factuels – comme « passer de 60° à 30° ou de chaud à froid peut réduire jusqu’à de moitié la consommation d’énergie » ou « en lavant vos vêtements à la main, vous économisez de l’énergie, vos textiles gardent leur forme initiale et ont une durée de vie plus longue. »

Le site expose aussi différents conseils liés à l’entretien des vêtements : « Pensez à mettre votre vêtement sec dans une salle de bain lorsque vous vous douchez. La vapeur d’eau dégagée lissera  les plis. »

Clevercare est l’une des nombreuses déclinaisons du programme plus global de développement durable déployé par H&M depuis les années 90. Après avoir restreint son utilisation de certains produits chimiques, développé un système de mesure de l’impact environnemental des pièces textiles et lancé les fameuses lignes « Conscious Collection » de vêtements faits à partir de fibres biologiques, H&M (champion de la fast fashion) veut servir de locomotive au reste de l’industrie pour allonger la durée de vie des vêtements.

D’autres marques de mode sont potentiellement intéressées pour rejoindre le programme Clevercare : Esprit, Levi Strauss & Co, Patagonia ou encore la société de Stella McCartney en font partie.

Car les français suivent les consignes des étiquettes d’entretien … Quand ils ne les coupent pas ! En effet, pour la petite anecdote – et certains risquent de se sentir concernés – les français jugent cette même étiquette un peu trop encombrante et avouent à 70% la couper pour divers motifs tels que les irritations (76%) et les gênes occasionnées (68%) lors du port du vêtement.

Bref une belle initiative de la part du géant de la fast fashion suédois !

(source : Le Figaro)

,

Revue de Presse #67

Prêts pour notre nouvelle Revue de Presse ? Go ! 🙂

Actu 1 > Choose : l’application qui met l’utilisateur au coeur du développement produit, Fashionmag.com.

1492

Les créateurs de Choose ont choisi d’impliquer le client au processus de décision des marques. Pas seulement réservée à la mode, l’application souhaite que l’utilisateur ait un rôle clé dans la vie quotidienne à travers les expositions, l’art, la musique … Le principe ? Chaque semaine, quatre versions d’un produit, d’une expo … seront présentées aux utilisateurs, qui éliront celle qu’ils préfèrent et pourront la gagner. Marques et institutions peuvent donc acquérir de nouveaux clients et fidéliser les anciens tandis que les utilisateurs ont un accès privilégié aux nouveautés et participent directement au processus de développement produit des marques. Avec une cinquantaine de partenaires aujourd’hui, dont American Retro, Harmony, Nixon ou encore Jonak, Choose souhaite encore développer ses partenariats pour mettre en connexion encore plus de marques et de consommateurs.

> On aime le concept de cette nouvelle application lifestyle. Impliquer le client au processus de décision des marques est une initiative brillante. Qui de mieux que le client, l’utilisateur final du produit, pour donner son avis sur le développement d’un produit ?

Actu 2 > Les nouvelles technologies guideront bientôt nos virées shopping, Le Figaro.

uniqlo-mirror-654x1024

Le «magic mirror» d’Uniqlo.

Les centres commerciaux futurs temples ultra connectés ? Oui, les objets connectés envahissent les centres commerciaux et sont de plus en plus plébiscités par les Français. C’est LA tendance shopping des prochains mois … À chaque étape du shopping son innovation. On sait d’après une étude que 65% des clients souhaiteraient voir le prix, la taille ou la composition du vêtement s’afficher automatiquement sur le cintre. L’autre enjeu ? Le fait de gagner du temps. 62% des consommateurs « serial shoppers » semblent être favorables à l’essayage virtuel en magasin. Uniqlo a trouvé le filon avec son « magic mirror » permettant de modifier le coloris du vêtement porté sans avoir à le changer. Dans le même ton, plus de la moitié des français pensent que les porte-monnaie virtuels seront démocratisés dans les années à venir : aujourd’hui, il existe une clé virtuelle permettant de se faire livrer ses achats dans le coffre de sa voiture : « volvo on call ».

C’est évident, le centre commercial demeure le lieu de shopping privilégié des français et plus de 70% des hommes y vont accompagnés.  Le consommateur, à travers cette nouvelle forme de shopping, recherche le partage d’expériences uniques et originales. Au DimensionAlley à Berlin, par exemple, tout a été pensé pour répondre à un besoin de connexion permanent. Deux tiers des personnes sondées rêvent aussi d’espaces plus aérés intégrant verdure et silence, mais aussi d’espaces vivants et animés. Une sorte de ville du futur à la pointe de la technologie. À l’image, d’ailleurs, du nouveau centre SuperPier à Manhattan, qui ouvrira ses portes pendant l’été.

superpier-1_650

Le projet SuperPier à Manhattan.

> On assiste à une réelle révolution du shopping. Les espaces commerciaux doivent être repensés, en faisant appel à l’innovation et aux nouvelles technologies, afin de satisfaire les attentes des consommateurs, désireux de vivre de nouvelles expériences …

Actu 3 > E-Commerce : Google déploie son bouton « buy », Fashionmag.com.

adeb

Les rumeurs couraient depuis mai … C’est désormais officiel, Google Shopping annonce son déploiement du bouton « buy » sur les outils mobiles. L’objectif est notamment de contrer son compatriote Amazon. L’occasion pour lui de rappeler qu’avec 1 000 milliards dépensés en 2014, le m-commerce pèse désormais 28% des ventes en ligne américaines. « Pour les détaillants, opter pour des achats via Google signifie améliorer la conversion mobile grâce à un processus de paiement simplifié » explique le responsable de Google Shopping. Les détaillants qui participent à ce programme ne paient que pour les clics sur les publicités de la page produit, le reste des interactions sur la page est gratuit. Les détaillants restent propriétaires de la communication client et peuvent offrir à ceux-ci la possibilité de recevoir des messages marketing et de promotion. Google semble vouloir aller encore plus loin : en multipliant les renvois vers les applications déployées par les détaillants eux-mêmes, et plus simplement vers leurs sites mobile. Le procédé est d’ores et déjà mis en place par l’américain eBay, l’allemand Zalando et l’indien Flipkart. Il s’agit d’une réelle opportunité, pour les détaillants et les développeurs, pour développer l’engagement auprès de leurs applications commerciales.

> Google a compris que le moment était venu pour tout miser sur le m-commerce, étant donné son évolution grandissante. (cf. Infographie ci-après !) À tester !!

Actu 4 > Les chiffres clés de l’e-commerce français en 2015, le JDN.

Sur 164 200 sites marchands actifs en France actuellement, 6 000 réalisent un CA supérieur à 1 million d’euros et pèsent à eux tous 89% du commerce électronique français. Des chiffres probants qui illustrent la bonne santé du e-commerce.

Combien d’e-marchands dépassent le million d’euros de ventes ? Comment progresse le mobile dans l’e-commerce ? Quid des marketplaces ?

Réponse en un coup d’oeil avec cette infographie ludique et colorée :

10120398-_

Infographie réalisée par Skeelbox, à partir des chiffres clés 2015 de la Fevad.

> Des statistiques encourageantes pour le e-commerce français !

 

À la semaine prochaine 😉