,

Dans la Team Fitizzy, je voudrais : le Web Developer

christophen&b

Christophe n’était pas destiné à travailler dans le secteur de la mode. Bien au contraire. Pourtant, le hasard (ou pas) l’a mené chez Fitizzy et il n’en est visiblement pas mécontent ! Christophe a intégré l’équipe il y a quelques mois et il se surprend à aimer le secteur et ses méandres …

Bonjour, pourrais-tu te présenter ?

Je m’appelle Christophe, j’ai 21 ans, je suis développeur web. Étant encore sur le délicat chemin des études, j’alterne entre la vie étudiante et la vie Fitizzienne. Je suis ce qu’on pourrait appeler un technophile, ce qui induit comme principal atout la curiosité des nouveautés !

Quelle est ta mission chez Fitizzy ?

Ma mission est de maintenir et surtout de faire évoluer nos différents sites web ainsi que notre système informatique. Je suis le travailleur de l’ombre !

Quel est ton rapport à la mode ?

La mode et moi faisons deux, cependant cela ne veut pas dire que je néglige mon apparence mais tout simplement que je préfère me baser sur mes envies plutôt que sur des tendances. Nos rapports sont donc plutôt distants, mais quelque fois nos chemins se croisent 🙂

Quel type de shopper es – tu ?

Le mot « difficile » serait faible, je suis du genre à adorer le produit sur le mannequin et à complètement le détester sur moi ! J’ai un taux de satisfaction très proche de zéro 😀

Comment qualifierais – tu ton style ?

Simpliste, je ne suis pas extravagant, une bonne paire de baskets, un jean et un t-shirt me suffisent amplement.

Si tu devais choisir une pièce « mode » que tu affectionnes particulièrement ?

Disons que j’aime de plus en plus les bracelets.

Achètes – tu des vêtements sur le web ?

J’en ai beaucoup acheté étant jeune, souvent trop grand, en me disant que de toute façon je grandirai encore … Une question que je n’ai plus à me poser dorénavant, je vous laisse deviner pourquoi 😉

Quel est ton meilleur achat « mode » en ligne ?

Une chemise correspondant parfaitement à ma morphologie :p

Quel est ton pire achat « mode » en ligne ?

Jean, jean, jean, jean… tous trop courts et pourtant trop larges à la ceinture …

As-tu des marques et e-shops de prédilection ?

Je dirais Jules, Les 3 Suisses et Promod.

Ton application « mode » idéale ? (à part Fitizzy évidemment 🙂 )

Une application qui me proposerait des articles correspondant à mes goûts … Fitizzy très bientôt 😛

 

Merci Christophe 😉

La semaine prochaine, on vous présentera Marie, notre responsable communication digitale.

,

Revue de Presse #55

Quoi de neuf dans l’actu de ces derniers jours ? Voici notre sélection d’articles :

Actu 1 > Stratégies marketing : le point sur le multicanal, le cross canal et l’omnicanal, Markentive.

marketing-strategie-crosscanal-omnicanal-multicanal-770x496

À l’ère de la digitalisation, les innovations et outils mis en place, la communication et l’accès à l’information sont de plus en plus présents et performants. Les professionnels du marketing doivent adapter leur message, en permanence, pour s’adapter aux nouveaux comportements d’achat des consommateurs. Pour se faire, ils ont recours à 3 techniques marketing majeures : le multicanal, le cross canal et l’omnicanal.

  • Le multicanal : son enjeu ? Multiplier les points de contact de vente avec les clients. Ex : Les « pure players » peuvent diversifier leurs interfaces en vendant sur l’e-shop de prêt-à-porter multimarques Asos. Le multicanal apparaît comme les prémices d’une stratégie marketing digitale puisqu’il devient, aujourd’hui, inévitable de devoir ouvrir sa boutique en ligne.
  • Le cross canal : Il est en quelque sorte l’étape suivante. Cette stratégie là vise à intégrer les différents canaux dans le parcours du consommateur pour fluidifier au maximum l’expérience du consommateur. Ex : les nouvelles applications mode comme Selectionist, Wheretoget ou encore Zoomdle qui inventent le fashion-to-mobile. Elles répondent à un besoin d’exigence : « avoir ce que l’on veut quand on veut ». Avec cette stratégie, on passe du papier au m-commerce en un tour de main, pour fluidifier l’acte d’achat et augmenter les opportunités d’achat.
  • L’omnical : C’est un fait, les magasins physique sont au coeur de toutes les convoitises. Ils représentent toujours 90% des achats et transforment 20 fois plus que le commerce digital. Ces points de vente doivent cependant s’adapter aux besoins et aux attentes des consommateurs. L’omnicanal est une synergie entre les forces du digital et celles des points de vente physiques et donnent alors naissance à cette nouvelle grande tendance des magasins connectés. On peut aussi parler de « web-to-store » ou « store-to-web ». Un point d’honneur est mis sur l’expérience d’achat, qui doit être unique. Ex : le magasin Burberry à Londres, l’un des plus connectés du monde. Le QR code et le click-and-collect sont d’autres innovations très utilisées pour faciliter la vie des consommateurs.

À ce sujet, on vous conseille de lire l’article « Etes-vous prêts pour la révolution omnicanale imposée par le client ?« 

> Ces pratiques innovantes visent à mieux intégrer les nouveaux comportements des consommateurs dans leurs rapports avec les marques et surtout à proposer des contenus adaptés à leurs attentes. Le multicanal vise à multiplier les contacts de vente, là où le cross canal crée une complémentarité entre eux et l’omnicanal se concentre sur l’expérience vécue du consommateur. Cette transition digitale est, à l’heure actuelle, indispensable !

Actu 2 > Une nouvelle expérience shopping avec Pimkie et sa Fashion Factory, Paulette Magazine.

Pimkie Rivoli

Rendez-vous au 130 rue de Rivoli pour découvrir le nouveau concept Pimkie : La Fashion Factory. Plus qu’un point de vente c’est aussi un atelier de création, un showroom et un studio photos. L’enseigne se réinvente pour offrir à ses clientes une nouvelle expérience shopping. Tout a été pensé pour mettre en valeur les collections. À l’étage, le showroom et studio photo, accessibles sur invitation, marquent une véritable évolution par rapport à la composition classique d’une boutique.

> Une nouvelle étape et un nouveau souffle pour la marque, qui concrétise son évolution et sa modernisation par ce point de vente unique. Le but ? Faire vivre de nouvelles expériences shopping, marquer les esprits des clientes et créer un nouveau lien de proximité avec elles. Une chose est sûre : Pimkie a tout compris 🙂

Actu 2 > Jules : six boutiques éphémères sur les plages de France, Fashionmag.com.

45a1

L’enseigne masculine récidive son expérience « plage » et déploie depuis le 15 avril de nouveaux pop-up stores sur les plages de six stations balnéaires françaises : Cavalaire, Argelès, Le Cap d’Aude, Lacanau, Le Canet et Noirmoutier. Le concept Jules Plage intervient alors que l’enseigne visant les 25-30 ans vient d’annoncer le déploiement de son offre de réservation en ligne des produits disponibles en magasin. Selon l’enseigne : « L’idée de Jules Plage est de rencontrer ses clients sur leurs lieux de vie et d’en partager les meilleurs moments : les vacances ». Les pop-up stores proposent ainsi une large gamme de produits estivaux (shorts, bermudas, lunettes de soleil, espadrilles, …). L’enseigne Jules est aujourd’hui à la tête d’un réseau de quelques 400 points de vente, en France et à l’international. Jules fait partie du groupe nordiste Happychic, qui compte 670 magasins dans 14 pays et revendiquait en 2013 un CA de 662 millions d’euros.

> Une autre marque, qui, à l’instar de Pimkie, met un point d’honneur sur l’expérience client, intégrée à sa nouvelle stratégie marketing. Une annonce qui fait du bien et qui, pour une fois, concerne la gente masculine. Un public qu’il est important de captiver !

Actu 4 > Tape à l’oeil relooke ses magasins, Franchise Magazine.

Au tour de la franchise de prêt-à-porter pour enfant, Tape à l’Oeil, d’adopter une nouvelle identité visuelle. L’enseigne déploie, en effet, son nouveau concept de magasin connecté  « pour mieux se différencier de la concurrence internationale » et aussi et surtout pour optimiser l’expérience shopping de ses clients. Parmi les divers aménagements mis en place, on note : la création d’un shop-in-shop dédié au bébé, d’un trend corner proposant différents idées de looks pour les mamans et la présence d’un podium facilitant l’essayage en cabine. Le rafraîchissement du concept s’accompagne d’un nouveau logo et d’une nouvelle signature de marque : « Original Kidz ». L’enseigne, qui totalise à ce jour 330 magasins dans le monde dont 204 en France, a prévu de relooker son parc d’ici deux ans.

> L’un des leaders du prêt-à-porter pour enfant révolutionne, lui aussi, sa stratégie marketing. Plus que tout, l’expérience shopping connectée « ludique » est de mise dans ces magasins, à la fois pour les parents mais aussi et surtout pour les enfants, pour qui le shopping doit devenir un moment unique et agréable.

Bref, Expérience Shopping Connectée semblent être les maîtres-mots de cette Revue de presse #55 ! 🙂

,

Fashion Revolution Day

« Qui a fabriqué les vêtements que l’on porte ? »

C’est la grande question du jour !

La deuxième édition du Fashion Revolution Day s’intéresse à la question de l’éthique et des modes de production durables et respectueux de l’environnement.

a3cd

Une campagne, lancée depuis ce matin sur les réseaux sociaux, a pour but d’offrir aux fans invétérés de mode la possibilité d’examiner le contenu de leurs vestiaires d’un autre oeil.

Le but ? Retourner ses vêtements, photographier l’étiquette portant le nom de la marque puis publier les clichés accompagnés du hashtag #whomademyclothes dans le but de communiquer directement avec les marques en question, dans l’espoir qu’elles dévoilent toutes les étapes de production.

Capture d’écran 2015-04-24 à 16.08.51

Cette belle initiative s’inscrit dans le mouvement « slow fashion » qui entend prendre le contre-pied de ce qui est dénoncé comme l’uniformisation de la mode imposée par les grandes chaines de distribution. L’idée dernière cette opération journalière : mobiliser les consommateurs , leur faire prendre conscience de ce qu’ils achètent, mobiliser le monde de la mode et interpeller les marques sur la nécessité d’offrir une plus grande transparence quant à la chaine d’approvisionnement, depuis l’obtention des matières premières jusqu’au produit fini.

L’objectif de ce jour est aussi de montrer qu’il est, à l’heure actuelle, important de produite une mode éthique (qui n’implique pas des conditions de travail précaires par ceux qui la produisent), une mode durable (de qualité) et une mode responsable (de l’environnement, de part les matières premières utilisées).

Il s’agit de la deuxième édition de cette campagne, à l’origine lancée pour marquer le triste anniversaire de l’effondrement du Rana Plaza, l’immeuble abritant des ateliers de confection au Bangladesh.

Comment ça marche ? Tout le monde peut participer en ligne en diffusant les hashtags #FashRev et #whomademyclothes.

Pour plus d’infos : http://fashionrevolution.org/.

Le compte Twitter.

Fitizzy soutient, plus que tout, cette initiative ! Notre credo ? Acheter moins mais acheter mieux 🙂

,

Dans la Team Fitizzy, je voudrais : la Business Project Manager

Nelly N&B

Nelly a intégré la Team Fitizzy il y a quelques semaines. Elle apporte beaucoup de rigueur et de perfectionnisme à l’équipe. Elle est le point central entre les marques et l’équipe Fitizzy et on peut compter sur sa bonne humeur et son relationnel pour que les projets avancent à grands pas !

On lui souhaite donc la Bienvenue !

Bonjour, pourrais-tu te présenter ?

Nelly, fascinée par Lille et Euratechnololgies, je suis passionnée par la mode et les médias depuis toujours. Durant les 10 dernières années, j’ai managé des équipes et des projets dans le secteur de l’audiovisuel, du numérique et de la culture. Ma dernière expérience en tant que responsable marketing du Centre national du costume de scène, musée unique au monde consacré aux costumes de scènes et présidé par Christian Lacroix, me permet aujourd’hui une transition naturelle vers l’univers fashion et textile de Fitizzy.

Quelle est ta mission chez Fitizzy ?

Début mars, j’ai rejoint l’équipe Fitizzy, en tant que Business Project Manager. Quelles sont mes missions ? Organiser le déploiement de nos solutions chez les marques, coordonner les évolutions de nos produits et processus en interne, et développer notre clientèle sur les marchés de l’Europe du Nord. Bref, ich bin ein Fitizzer

Quel est ton rapport à la mode ?

J’adore la mode, notamment quant il s’agit de découvrir des textiles de belle facture et des coupes élégantes. J’adore flâner en observatrice sur les sites de mode et dans les boutiques, pour repérer des modèles et des couleurs incroyables. A ce petit jeu-là, je ne suis donc pas la dernière…tout est une question de temps de cerveau disponible ;-), que je préfère consacrer à la mode !

Quel type de shoppeuse es – tu ?

Entre l’efficacité de mon shopping et la recherche des coups de coeur, j’essaie de trouver le bon équilibre. Ce que j’aime, c’est le mélange des styles et donc des univers de marques : je porte aussi bien des jeans Carharrt, ou leur petit chemisier sportswear, pour le côté détente du sud-ouest et des vagues que des tops Repetto pour la finesse de la silhouette, façon danseuse étoile !

Comment qualifierais – tu ton style ?

Elégance, prestance, aisance… what else ? Comme tous les Fitizzers…

Si tu devais choisir une pièce « mode » que tu affectionnes particulièrement ?

Une robe dans le style vintage courrèges, de couleur rouge brique, que j’ai dessinée et fait faire en Chine, en choisissant le tissu de la robe et la soie de la doublure intérieure.

Achètes – tu des vêtements sur le web ?

Oui, en partie. J’aime combiner les deux modes de shopping, aussi bien pour le repérage que pour l’achat.

Quel est ton meilleur achat « mode » en ligne ?

Mes chaussures de mariage (gros défi !) chez Repetto, qui m’ont permise de danser toute la nuit avec un confort incroyable !

Quel est ton pire achat « mode » en ligne ?

Un coloris totalement décalé par rapport à l’image du top sur le site… je ne me souviens plus de la marque tellement c’est un mauvais souvenir.

As-tu des marques et e-shops de prédilection ?

Pour mes marques de prédilection : Carhartt, Bruce Fields, Zara, Pablo, Comptoir des CotonniersRepetto… et Balenciaga, pour le plaisir des yeux 🙂 …

Ton application « mode » idéale ? (à part Fitizzy évidemment 🙂 )

Pouvoir créer mes vêtements, avec choix des matières et des coupes, à ma taille, et les commander en ligne.

Merci Nelly 😉

La semaine prochaine, on vous présentera Christophe, notre développeur web.

,

Revue de Presse #54

Quoi de neuf dans l’actu de ces derniers jours ?

Actu 1 > Camaïeu : un nouveau concept à l’essai, Fashionmag.com.

1fea

 b8e7

L’enseigne nordiste d’habillement féminin a mis en place un nouveau concept de magasin qu’elle teste actuellement à Faches-Thumesnil, non loin de Lille et à Belle-Epine en région parisienne. Un concept « zéro » testé grandeur nature que l’enseigne se donne six mois pour perfectionner avant de faire évoluer son réseau à travers la France. Les mots du directeur France Sébastien Ruaud : « Le concept se devait de traduire le travail que nous menons sur les collections. C’est un concept plus ouvert sur l’extérieur, car nous avons pour l’instant beaucoup de vitrines boîtes. C’est aussi un magasin plus lumineux, avec un mobilier plus moderne, et beaucoup plus identitaire. On veut donner de l’aspérité à nos magasins, qui étaient peut-être un peu trop mécaniques. Nous nous donnons six mois pour faire des ajustements ». L’enseigne française, qui a récemment fêté ses 30 ans, regroupe 650 magasins français auxquels s’ajoutent 370 autres adresses réparties dans une vingtaine de pays. La marque a de fortes ambitions à l’international et poursuit son développement d’une offre e-commerce de manière offensive.

> Une étape importante pour l’enseigne, qui marque un vrai virage dans son évolution et de vrais changements stratégiques. Un concept à tester !

Actu 2 > 5 innovations mode incontournables, Influencia.

actu_5293_image2012rectangle_petite

La Mode est un secteur vaste et complexe où cohabitent tradition, artisanat et (de plus en plus) nouvelles technologies. Depuis quelques années, celles-ci ont fait le pari de la révolutionner. Personnalisation, textile intelligent, 3D … L’innovation au service de la mode semble répondre à tous les besoins et à tous les désirs de « modeuses » toujours plus exigeantes. Panorama de 5 innovations incontournables :

1) Le dressing intelligent : Clothe to me > Il s’agit d’une application « multi-tâches » qui permet de scanner son dressing et de créer des combinaisons de vêtements. Elle permet également de partager ses looks, de faire du shopping et même de revendre ses vêtements. D’après Valérie et Adeline, les créatrices du concept : « L’idée est vraiment née d’un réel besoin, il devenait vraiment nécessaire pour nous de pouvoir visionner nos vêtements sur notre téléphone et de pouvoir créer des tenues, les enregistrer pour plus tard, les modifier, etc., au final faire tout ce que nous faisions tous les matins ou tous les soirs, mais en arrêtant de retourner notre vrai dressing et notre cervelle

2) Le textile intelligent : Olympe Jaffré > La créatrice française a conçu une robe intelligente en 2011. Celle-ci possède un QR Code renvoyant à une oeuvre d’art multimédia. Ainsi, le vêtement devient média de diffusion et galerie itinérante. La créatrice invite différents artistes à « exposer » sur ses robes, inaugurant ainsi une nouvelle manière de concevoir les vêtements, via un « artisanat numérique ».

3) La personnalisation ultime : Shoes of Prey > Personnaliser ce que l’on porte : c’est l’idée générale que l’on retrouve au coeur de sa start-up. Le procédé est simple et ludique : grâce à un logiciel 3D on choisit le modèle, les matériaux et la hauteur du talon de ses chaussures. La start-up les fabrique selon les critères sélectionnés en quelques semaines et les envoie ensuite partout dans le monde.

4) Les vêtements en bois : Elisa Strozyk > Ses modèles sont conçus à partir d’une base de laine puis recouverte de bois souple, sur le principe de l’origami. Par ses créations, la designer explore de nouvelles techniques de conception et de fabrication et révolutionne l’utilisation des matériaux ou comment allier modernité et authenticité.

5) L’impression 3D : Chaemin Hong > Le principe ? créer des chaussures uniques dont les talons sont entièrement conçus grâce à l’impression 3D pour que chaque modèle soit unique.

> Des innovations toutes aussi diverses qu’intrigantes, qui ont pour but de faire évoluer le secteur et de trouver des nouvelles manières pour produire les vêtements (R&D) et faciliter la vie des gens qui les portent. Fitizzy est dans cette mouvance et s’inscrit, d’une certaine manière, dans les innovations mode.

Actu 3 > Comment créer une « connected » shopping experienceretailupdate.be.

Flat design vector illustration. E-commerce, shopping & delivery

À la fin de l’année dernière, PWC publiait le rapport « Connected and curated – Long live the store ». Il en ressort que 68% des consommateurs australiens utilisent encore le magasin physique comme première source dans le processus d’achat. De plus en plus de consommateurs semblent aussi tourner le dos aux achats en ligne pour vivre une véritable expérience connectée en magasin. L’innovation semble alors le nouveau maître mot. Voici les tendances et innovations qui permettent aux magasins physiques de combiner le meilleur des deux mondes.

La commande et paiement mobile en magasin > Chez Starbucks, on paye son café à l’avance et on va le chercher dans l’établissement de son choix. Une évolution qui mise sur la commodité, la rapidité et le service.

Les vitrines interactives > Le distributeur de vêtements United Arrow a créé une vitrine interactive « ManiquinetteBot » qui utilise la technologie Kinect de Microsoft pour imiter les mouvements des passants. Le retailer attire ainsi l’attention des consommateurs et espère les inciter à visiter le magasin.

marion

Les vitrines interactives by United Arrow

Les promotions mobiles ciblées > L’idée ? Entrer dans un magasin et recevoir immédiatement sur son smartphone un message sur des promotions spéciales de sa marque préférée. Le vendeur de cette marque a été informé de notre visite et se tient à notre entière disposition.

La video displays pour les produitsteamLabHanger est un nouveau système de magasin qui utilise des capteurs qui se trouvent dans les cintres sur lesquels sont suspendus les vêtements. Lorsqu’un client retire le cintre des rayons, des images et vidéos adaptées, avec plus d’infos sur le produit, sont instantanément affichées sur des écrans dans le magasin.

3rdbyvanquish3_R

Concept teamLabHanger

Les produits « mass customisable » > Les consommateurs d’aujourd’hui recherchent des produits uniques et customisés qui correspondent parfaitement à leurs attentes. Des technologies comme l’impression 3D (évoquée dans l’actu 2) rendent cela parfaitement possible et assureront certainement la poursuite de la croissance de ce marché.

La réalité virtuelle et augmentée > Les consommateurs qui désirent suivre les dernières tendances pourraient faire usage de la réalité virtuelle dans leur expérience shopping quotidienne. TopShop a déjà testé le concept et a combiné cette technologie avec des vidéos HD live en streaming, la photographie 360°, des tweets et des animations qui permettent aux consommateurs de faire l’expérience de ce qu’on ressent lorsqu’on est assis au premier rang d’un défilé de mode.

> Des innovations attractives qui repositionnent le magasin physique au centre de toutes les convoitises. On constate une réelle volonté, chez l’ensemble des consommateurs, de vivre une expérience shopping unique.

Actu 4 > Les femmes plus à la recherche de bons plans shopping que les hommes, Fashionmag.com.

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Les consommateurs avisés et traqueurs de bons plans sont à 75 % des femmes, estime une étude de Radins.com. Le site Radins.com a tenté d’établir le portrait type des membres de sa communauté. Les plus actives s’avèrent être les femmes de 35 ans qui travaillent. Vivant en couple, sans enfant, elles habitent une zone urbaine, principalement la région parisienne, et doivent jongler avec 1.200 à 2.300 euros de revenus par mois par foyer.

> Des données statistiques intéressantes qui permettent de comprendre à qui on s’adresse pour dresser une typologie de consommateurs. Ce type d’information est utile pour les marques qui souhaitent mettre en place des stratégies marketing ciblées.