Revue de Presse #46

Quoi de neuf dans l’actu ces derniers jours ?

Actu 1 > Les Français ne sont pas encore prêts à acheter sur les réseaux sociaux, Fashionmag.com, le 18 février.

Clic2Buy-nouveau-canal-vente-marques-reseaux-sociaux-F

Le social shopping se développe de plus en plus sur les réseaux sociaux, c’est un fait. Les français ne semblent, cependant, pas forcément prêts à acheter directement depuis les plateformes d’échanges. Les médias sont de véritables sources d’informations pour les consommateurs, qui s’échangent avis et recommandations sur les produits achetés ou qu’ils envisagent d’acheter. Dans cette logique, Facebook et Twitter ont récemment lancé des fonctionnalités permettant d’acheter des produits depuis les publicités qui paraissent sur leurs pages. Sauf qu’entrer ses codes bancaires sur les réseaux sociaux ne semble pas s’être démocratisé. De nombreux français semblent frileux face à cette pratique. Parmi les internautes prêts à dégainer leur CB, ce sont les hommes, habitants d’Ile-de-France et actifs qui semblent les plus motivés. Ce nouveau mode de consommation a un fort potentiel malgré tout, notamment auprès de la jeune génération : les jeunes de 18 à 24 ans, plus familiers des usages numériques. Pour réellement convaincre les français d’adopter cette pratique, les marques vont devoir intensifier leur présence sur les réseaux sociaux et jouer la transparence en ce qui concerne les avis clients; cela constitue une condition importante pour que les français passent à l’action !

> Nous pensons que le social shopping est une pratique intéressante mais qui doit encore faire ses preuves quant aux différents aspects de confidentialité liés aux données clients. Une pratique qui devrait se démocratiser avec le temps. De toute évidence, on constate que l’e-commerce et les réseaux sociaux ont toujours été très liés. Pour preuve, cette intéressante infographie.

Actu 2 > Comment le monde parle de la France sur Twitter, Influencia, le 19 février.

1ppm9vhwkifs03rdebow

Mais comment parle-t-on de notre cher pays à l’international et quels ont été les sujets les plus discutés sur « l’oiseau bleu » en 2014 ? Précisions dans le rapport de We Are Social et Reputation War baptisé sobrement : « La marque France sur Twitter en 2014 ». L’oiseau bleu a cette capacité à prendre la température de l’opinion publique sur les divers sujets de société. Des infos plus intéressantes quand il s’agit d’analyser une e-réputation. La rapport analyse pas moins de 57,7 millions de tweets publiés en Français et 37% des conversations sont évidemment liés au sport : à la dernière Coupe du Monde notamment, mais aussi au Tour de France, à Roland Garros ou les 24h du Mans. Le sujet qui arrive en deuxième position concerne les séjours et visites : Disneyland Paris, La Tour Eiffel, Le Louvre. En troisième position : l’art culinaire et l’oenologie. Rien de surprenant quand on sait que le pays est mondialement connu pour sa gastronomie et ses nombreux chefs (Ducasse, Bocuse et Robuchon, notre trio de tête), souvent en colère contre le food porn d’ailleurs.  Si la marque « France » devait avoir un gros point à améliorer, ce serait sur l’attractivité de ses grandes villes autres que Paris, trope souvent délaissées par rapport à la capitale. Enfin, parmi les stars qui font rayonner la France à travers le monde, on retrouve l’ancienne première dame, des réalisateurs mythiques tels que Luc Besson ou encore les récents prix Nobel (Modiano et Tirole).

D’importants progrès reste à faire sur les secteurs de la technologie et de l’innovation qui ne récoltent qu’un petit pourcent et contribuent, finalement, très peu au rayonnement de la marque France. En qualité de 5ème puissance mondiale, notre pays a pourtant des atouts majeurs dans ces domaines avec des leaders mondiaux dans les secteurs précédemment évoqués. Et les startups ne sont pas en reste grâce à une entité – guide suprême : La French Tech. Le problème majeur de la marque France ? Elle ne sait pas se vendre malgré un fort potentiel historique, culturel, économique, technologique ou encore artistiques qu’aucune autre nation ne peut revendiquer. Il nous manque sûrement un Pariswood pour faire la différence …

L’infographie :

> Une étude pas très surprenante qui conforte quelques stéréotypes bien connus. Des chiffres, qui toutefois, nous permettent d’apprendre qu’il est désormais important d’accès l’e-réputation de notre chère France sur l’innovation et les nouvelles technologies. Et en tant que startup d’Euratechnologies, nous sommes assez bien placés 😉

Actu 3 > Comment l’Apple Watch va tout changer aux courses alimentaires, JDN, le 20 février.

Magic-Crown-la-molette-spéciale-de-lApple-Watch

L’hyper – connectivité de la montre Apple est susceptible de révolutionner la vie du consommateur et cela commencerait par ses sorties au supermarché. Oui, la montre de la marque à la pomme pourrait aussi changer la manière de faire ses courses. Les iBeacons d’Apple, qui transmettent des signaux de localisation quand vous vous en approchez, en sont la clé. L’idée de base du lien entre les iBeacons et l’Apple Watch ?  Conseiller et guider les gens à partir d’applications. Grâce à inMarket et à compter d’aujourd’hui, des développeurs peuvent intégrer List Ease, une application de liste de courses d’inMarket aux apps d’Apple Watch > Prenons par exemple le cas où vous auriez une liste de courses sauvegardée dans List Ease sur votre téléphone. En croisant l’iBeacon situé dans un magasin, votre Apple Watch vibrerait pour vous alerter que vous êtes proche d’un des items de votre liste, alors la montre pourrait vous envoyer une notification sous forme d’aperçu succin. On peut alors imaginer de nombreux autres scénarios en lien avec des offres promotionnelles par exemple.

Si cette fenêtre d’utilisation peut paraitre mince et limitée à l’heure actuelle, elle ne fait que présenter l’idée selon laquelle l’Apple Watch pourrait changer notre quotidien. Après tout, il était difficile d’imaginer toutes les applications auxquelles l’iPhone allait donner une tribune lors de son introduction sur le marché. L’Apple Watch évoluera exactement de la même manière.

Voici la vidéo d’inMarket sur l’usage de l’Apple Watch en magasin :

> Une évolution technologique considérable qui pourrait replacer les courses au centre des activités plébiscitées par les consommateurs. Alors que la tendance est actuellement plus au click and collect, faire ses courses avec l’Apple Watch (encore faut-il la posséder) pourrait devenir LA nouvelle pratique tendance, rapide et efficace. Chez Fitizzy on adhère complètement 😉

Actu 4 > Les jeunes, des consommateurs « mobiles » et participatifs, Fashionmag.com, le 20 février.

ado-portable-sms

Nés en pleine ère numérique, les moins de 25 ans sont des consommateurs avisés sur Internet et des leaders en termes de nouveaux comportements d’achats, tels que la consommation collaborative ou le mobile. C’est ce qu’indique l’analyse de l’un des leaders du e-commerce en France, Priceminister, sur les tendances de consommation des 18-25 ans, publiée sur son site. Cette tranche de la population représenterait 11% de ses 20 millions de clients et sa proportion s’accentue chez les vendeurs. Les jeunes vendent donc plus qu’ils n’achètent, confirmant leur rôle de précurseur dans la tendance de la consommation participative. Les jeunes aurait même tendance à être des acheteurs compulsifs. L’image des jeunes accros à leur smartphone se confirme également quand il s’agit de consommer. Entrer leurs données bancaires sur des sites ou des appris via leur téléphone connecté ou tablettes ne les rebute pas (une clientèle potentielle donc pour l’e-commerce via les réseaux sociaux : cf. actu 1). Les pratiques liées au marketing traditionnel semblent avoir moins d’effet sur la jeune génération. Exit les newsletters ou les liens sponsorisées, pour trouver un produit sur le net, ils préfèrent tout simplement se renseigner grâce aux moteurs de recherche ou accéder directement au site visé.

« Les 18-25 ans sont nés et ont grandi avec Internet, ils n’ont pas les mêmes freins à l’achat ou la vente sur Internet que pouvaient avoir leurs aînés, L’industrie du e-commerce doit s’adapter en permanence à ces changements pour toujours fournir une expérience en phase avec les habitudes des jeunes clients, notamment sur le mobile, qui est devenu « le device » de prédilection de cette génération » commente Odile Szabo, directrice marketing et communication de PriceMinister-Rakuten.

> Il ne fait aucun doute quant au très fort potentiel de cette cible « jeune » dans l’industrie du e-commerce. Cette cible est la seule qui puisse s’adapter « vite et bien » aux nombreux changements en termes d’innovations technologiques. Et ce encore plus sur les mobiles, l’outil dont ils ne peuvent se séparer ! Chez Fitizzy, c’est à cette cible que l’on compte s’adresser pour tester la future application mobile.

À bientôt !

Les tendances spring/summer 15 on en parle ?

Dans notre récent article dédié au Bilan du salon Who’s Next, nous vous parlions des tendances et des 10 « obsessions » présentées par le cabinet de tendances Martine Leherpeur Conseil.

N’allons pas trop vite … Tout vient à point à qui sait attendre ! En effet, il s’agit des tendances pour l’automne / hiver 2015_2016. Celles-ci arriveront un peu plus tard 😉

Aujourd’hui, vendredi, commençons donc par les tendances de la saison prochaine. Qu’allons-nous porter dès le printemps 2015 ?

Le mois de février se termine, les soldes ont touché à leur fin et déjà on aperçoit la nouvelle collection dans les boutiques. Vous vous êtes d’ailleurs peut – être déjà laissés tentées … On ne peut pas vous en vouloir, tout cela est très alléchant, avouons-le, surtout quand on fait son shopping lors d’une journée ensoleillée.

Influences seventies entre fièvre du samedi soir et gypset bohème, accents militaires kaki ou marine, jeux de transparence, patchwork de tissus vintage, mix & match de volumes et de matières, total look jean … Le printemps / été sera contrasté et résolument vintage ! Une chose est sûre, la saison sera emprunte d’énergie contemporaine, faite de détournements, d’emprunts et de réinterprétations.

Vous aimez mixer et oser ? Cette saison sera la vôtre !

Voici donc les 6 grandes tendances de la saison prochaine :

  • Le Jean en total look 

C’est LA tendance phare. On ose et on la joue en total look. L’idée et le secret sera de mixer les teintes denim, en haut et en bas. Attention, on ne tombe pas dans le look cowboy avec les santiags & co. On misera sur la subtilité en veillant à choisir L’accessoire parfait. Moins il y en aura, mieux ce sera. Du coup, on le choisit bien ! On vous conseille le foulard, au cou ou dans les cheveux, des boucles bohèmes ou le gros jonc au poignet. « Less is more », le jean fait déjà tout 😉

Capture d’écran 2015-02-20 à 12.41.52

  • Le nude / blanc romantique

Une fois de plus, la tendance romantique revient sur le devant de la scène. C’est un peu LA tendance incontournable. On misera sur de la dentelle, des plissés, de la transparence, du nude et du blanc immaculé pour un effet léger et vaporeux, tout en délicatesse. On privilégiera les robes longue de vestales et les jupe jusqu’aux chevilles. Les décolletés soyeux seront à l’honneur. Quant au blanc, vous la jouerez plutôt minimaliste, les jeux de superpositions et d’effets matières seront permis.

Capture d’écran 2015-02-20 à 12.46.04

Capture d’écran 2015-02-20 à 12.47.33

  • Le militaire

Come back de choc pour le kaki, plutôt habitué des podiums. Cette saison, l’esprit militaire sera placé sous le signe de la combi, la pièce maîtresse. Le bouton tiendra également une place importante dans la tenue « army » en référence à l’uniforme, bien sûr ! On accessoirisera tout ça avec du cuir marron ou noir (à votre convenance 😉 ) , de la spartiate aux pieds et plus généralement de la sandale plate. En route pour une petite guérilla urbaine.

Capture d’écran 2015-02-20 à 14.30.48

  • Sportychic : entre streetwear et pop-culture

C’est LA tendance décontract’ de la saison. Lâchez-vous ! On se permet le mix and match des matières et des styles, à condition bien sûr, de bien doser le tout. Mélange des tendances streetwear et pop-culture (résille, teddy, velours, sac à dos, imprimés 90′ …) de la saison passée, la mode sportswear de ce printemps / été se veut très cool, avec une touche année 90′ et des matières agréables à porter. Le secret pour un look réussi ? On enfile une tenue plutôt chic et on chausse une jolie paire de baskets blanches immaculées.

Capture d’écran 2015-02-20 à 14.58.49

  • That’s 70′ show

Une mode piochée 40 ans en arrière, à l’époque adolescente de nos parents. Les années hippies / bohèmes reviennent en force. Les imprimés, les jupes longues et vaporeuses et l’accumulation de bijoux bling-bling et colorés constitueront les codes de cette tendance. Le daim, les franges et le tie and dye seront les bienvenus. L’accessoire aura toute son importance dans l’élaboration de sa tenue. On ose la couleur et le mix des imprimés pour être la « gypsy queen » de ce printemps / été.

Capture d’écran 2015-02-20 à 15.19.39

  • Disco & Queen

Retour dans les années disco. On misera sur cette tendance à paillettes pour nos longues et chaudes soirées d’été. Une robe qui scintille, un trait d’eye-liner et une petite veste noire (pour la fin de soirée) suffiront pour enflammer le dancefloor et faire tourner les têtes. Encore une fois, « less is more », la robe dorée / lamée (& co) seule suffira. On évite les accessoires et la multiplication des couleurs qui pourraient alourdir la silhouette et lui donner un côté « cheap pas chic ».

Capture d’écran 2015-02-20 à 15.28.07

 

Alors convaincues ?

Et vous, quelle tendance vous obsède ? Sur quoi allez – vous miser ? Quelles seront les futures « it-pièces » de votre dressing ?

N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ces prochaines tendances.

Bon week-end et à lundi !

Marie.

(Source des visuels : dresscodeemlyon.wordpress.com)

Revue de Presse #45

Nouvelle semaine, nouvelle Revue de Presse !

Actu 1 > Kiabi, un leader aux fortes ambitions, Fashionmag.com, le 12 février.

kiabi

Avec 1,18 milliards d’euros de chiffre d’affaires, KIABI est aujourd’hui en France l’enseigne nordiste leader en volume et en valeur en textile avec 10% de part de marché. Il semblerait même que KIABI prenne le leader sur les Galeries Lafayette en ce début d’année 2015. Une grande nouvelle pour l’enseigne. Et son directeur, Nicolas Hennon, compte bien maintenir cette position en 2015, notamment grâce à l’international et au renforcement des ventes d’accessoires, chaussures et lingerie. L’enseigne prévoit 30 inaugurations de boutiques cette année dont une vingtaine à l’international. Aujourd’hui, 32 pays à travers le monde sont desservis, notamment via l’e-commerce. L’objectif : franchir le cap symbolique des 500 points de vente grâce, entre autre, à une arrivée sur 4 nouveaux marchés : la Pologne, l’Arabie Saoudite, un pays du Maghreb et un pays d’Afrique sub-saharienne. L’évolution de l’enseigne passera également par la modernisation du réseau autour du concept connecté Kiabi One, le groupe poursuit d’ailleurs l’opération séduction des centres commerciaux. Kiabi Kids est sans nul doute la réponse aux besoins et attentes des clients ! Les différentes évolutions liées à la stratégie de KIABI ont, sans nul doute, porté ses fruits.

La conclusion de Nicolas Hennon : « Le poids de l’achat d’impulsion et des besoins ponctuels ne cesse d’évoluer, mais notre modèle est fort car il limite l’impact de la chute des dépenses en permettant de se faire plaisir toute l’année à petits prix, en collant à son parti pris famille historique ». 

> L’enseigne « made in nord » est en plaine santé ! Première en volume et en valeur, elle devient première sur la vente d’habillement en France. Une véritable aubaine sur laquelle KIABI compte bien surfer. Un nouveau statut qui devrait être très positif pour l’image de l’enseigne à l’international et pour ses nouvelles perspectives d’avenir. On leur dit BRAVO !

Actu 2 > EyeFind : l’application mode anti-frustration ?, Influencia, le 12 février.

L’application eyeFind, qui répertorie des milliers d’articles de mode pour mettre fin au diktat de la frustration avec une bonne touche de social, a été mise en place par deux jeunes entrepreneuses. Pour répondre aux besoins des utilisateurs, elles ont lancé une opération de crowdfunding sur ulule.com (jusqu’au 12 mars). Le principe ? Vous êtes dans la rue ou à la terrasse d’un café, vous voyez LE sac de vos rêve mais c’est un peu délicat d’aller voir sa propriétaire. Solution ? Vous activez l’application eyeFind et prenez le sac en photo. L’application vous offre le lien du sac en question ou alors une liste de sacs qui lui ressemblent.

Selon Julie Veg, co-fondatrice de l’appli, « eyeFind a été pensé et conçu pour répondre à la frustration des femmes et des hommes et faciliter la vie de tout consommateur de mode ». L’application se démarque de la concurrence par son approche sociale : « eyeFind va plus loin que la reconnaissance instantanée et vous donne la possibilité de suivre le style quotidien de vos amis et de tous les membres de la communauté que vous avez croisés ». Les utilisateurs appelés « Finderz » ont accès à un vide dressing alimenté en permanence. Des blogueuses modes vont être également sélectionnées afin de faire connaître les plus belles pièces et conseils pratiques.

L’objectif pour les deux fondatrices ? Atteindre les 80 000 utilisateurs d’ici à la fin de l’année. Pour les marques, il s’agit d »un indicateur de tendances non négligeable. D’ailleurs, Amazon, eBay, Zalando ou encore Celio l’ont bien compris en lançant des applications du même genre.

MODE D’EMPLOI

Pour mettre en place cette application, un algorithme a été élaboré par une équipe d’ingénieurs et une base de données d’images d’environ 350 000 références a été créée.  « Notre technologie exclusive s’attarde sur tous les éléments représentatifs tels que la texture, la couleur, la forme… Elle permet ensuite de ressortir les éléments les plus ressemblants, présents dans notre large base de données ». Il est également possible de prendre directement en photo les photos d’un réseau social, les pages des magazines ou encore les vitrines des boutiques. Une recherche par ordre de prix a été pensé, pour obtenir la « presque » pièce rêvée à un prix abordable.

> Un concept novateur et intéressant qui nous a tapé dans l’oeil. Il est clairement dans la lignée du Shazam de la Mode, dont nous vous parlions ICI en actu 3. Fitizzy pourrait être complémentaire à cette nouvelle application mode. Un concept à soutenir ICI et à suivre de très près.

Actu 3 > Facebook intègre achats et ventes à son appli Groupes, Fashionmag.com, le 13 février.

2398

Facebook vient de mettre à jour son application Groupes pour permettre à ses utilisateurs d’acheter et de vendre des produits en quelques clics. Cette application vise à aider les utilisateurs à gérer leur communications de masse, à rester en contact avec les membres de leur famille et même de participer à des projets collaboratifs. Si vous faites partie d’un groupe de venter sur l’appli, vous pouvez désormais accéder à une fonctionnalité « vente » dédiée lorsque vous créez un post. La fonctionnalité renvoie vers un formulaire où il est possible de préciser la description de l’objet ou du service, son prix et tous les détails de livraison ou de collecte. Il est également possible d’utiliser l’appli dans le cadre d’un inventaire, en indiquant les éléments dispo ou non et ainsi offrir à ses contacts un catalogue des objets récemment proposés ou vendus. L’appli devrait être proposés aux adhérents de Facebook Groupes dans les prochains mois.

> Une chose est sûre : Amazon et eBay n’ont qu’à bien se tenir ! Si la vocation primaire de Facebook semble être de permettre de rester en contact avec ses proches, les usages du numéro un des réseaux sociaux se sont extrêmement multipliés. Revendre son iphone dans un groupe Facebook n’aura jamais été aussi facile que dans quelques mois … ahah … et c’est ainsi que Facebook concurrence Leboncoin, comme mini plateforme e-commerce. Une fonctionnalité qui ne devrait pas plaire à tout le monde !

Actu 4 > French Instagram Top Influencers, Le guide noir, le 10 février.

Et pour finir cette Revue de Presse du jour, une petite infographie des personnes / blogueuses françaises les plus influentes sur Instagram.

INFOGRAPHIE INFLUENCEURS INSTAGRAM

> On sait maintenant sur qui miser 😉

Excellente semaine et à bientôt !

Bilan du Salon Who’s Next 2015

headerBandeau-SIL15-2

Fin Janvier, l’équipe Fitizzy était au Salon International de la Mode et des Tendances : le Who’s Next Paris à la Porte de Versailles. Pendant 4 jours durant, nous avons parcouru les nombreuses allées du salon, à la fois pour aller à la rencontre de futures marques partenaires, françaises et étrangères, mais aussi pour analyser et décrypter les tendances à venir. Un événement enrichissant et bénéfique pour notre startup.

Pour la présentation du Who’s Next, nous vous invitons à relire un précédent article : ICI.

L’heure est maintenant au bilan.

Le Who’s Next

Le salon Who’s Next – Première Classe conforte son visitorat sur son édition de janvier. Avec un total de 57 970 visiteurs à la Porte de Versailles sur quatre jours, le rendez-vous parisien du prêt-à-porter et des accessoires est parvenu à une stabilité en termes de fréquentation, alors qu’on pouvait craindre pire sort étant donné le contexte économique actuel.

Alors que certains pays ont envoyé moins de visiteurs que les éditions précédentes, d’autres ont progressé, équilibrant le résultat global final. La France a représenté 64% des visiteurs : plus d’acheteurs franciliens, moins d’acheteurs en province. Quant à la représentation internationale, elle progresse de 3% mais les chiffres sont malgré tout variables selon les zones. L’Europe, elle, progresse de 4%.

Au-delà des chiffres, les organisateurs du salon ont pu valider la nouvelle stratégie de segmentation : le redécoupage du l’univers prêt-à-porter en plus d’univers plus précis, mais aussi la nouvelle organisation de l’accessoire sous la bannière Première Classe, ont en effet convaincu. Sur cette base d’améliorations, le salon espère désormais réaffirmer la place de Paris dans le calendrier des salons pour faire repartir sa fréquentation à la hausse sur les éditions futures.

RDV sur le site du prêt-à-porter français pour prendre connaissance du calendrier des salons de mode.

L’ensemble des exposants, notamment sur le Fame (250 marques), s’accordent à dire que les allées étaient calmes mais que le visitorat était qualitatif. Oui, il y a eu des commandes et oui les marques ont correctement travaillé lors de cette nouvelle édition !

À travers cette vidéo, une présentation du salon, de l’ambiance qui y règne et un aperçu de la soirée organisée pour les 20 ans du salon. Who’s Next, un véritable trade – SHOW !!

The Future of Fashion – La création internationale mise à l’honneur

Depuis 2013, Who’s Next & Première Classe collaborent avec le leader en ligne de la jeune création dans le monde Not Just a Label (NJAL) pour organiser The Future Of Fashion Program, un tremplin qui permet aux créateurs émergents de se développer à l’international. Cette collaboration vient de connaître son dénouement. Le plateforme web dédiée aux créateurs émergents vient, en effet, de designer ses deux gagnants dans les catégories prêt-à-porter et accessoires.

Les labels Kelly Love pour le prêt-à-porter et Väska pour l’accessoire ont réussi à séduire les mentors ainsi que les acheteurs à l’international autant sur leur créativité que sur le fort potentiel commercial à pénétrer le marché de la mode. Ils ont remporté la première édition. Les deux labels présenteront leur collection printemps-été 2016 lors de la prochaine saison du 4 au 7 septembre à la Porte Versailles dans l’espace FAME du salon Who’s Next pour Kelly Love et sur le salon Première Classe pour Väska. Ils bénéficieront d’un accompagnement prolongé et d’un business plan réalisé en vue de lever de fonds, d’une valeur de 20 000 euros. Un vrai coup de pouce pour leur développement.

  • Kelly Love

D’origine australienne, la créatrice de la marque s’est installée à Londres et a lancé sa propre griffe en 2011, après des expériences chez Baccini & Hill et Asos. Elle imagine une vraie dégaine et marie à la fois vêtements concepts et pièces commerciales.

  • Väska

Lancée par Ann-Sofi Storbacka en 2012, la marque Väska mélange les inspirations scandinaves de sa créatrice et les influences méditerranéennes de la ville qui est la sienne : Barcelone.

5648 QhBm1GaDkmx9XYpQxYe75bb925M3QzD5stAYBeQB97a5ZePd71erSgC2fwr9xMS6D

Le Salon International de la Lingerie

Le salon International de la Lingerie a quant à lui été globalement jugé satisfaisant malgré le contexte. Les organisateurs, mais aussi une bonne partie des exposants, ont estimé cette édition de janvier 2015 positive. On parle d’une session commercialement efficace, avec des commandes qualitatives. Le salon a notamment relevé la forte présence d’acheteurs e-commerce par exemple, en hausse de 10 % par rapport à la saison dernière. Ce n’est plus un secret la vente en ligne de lingerie se démocratise plus qu’on ne l’imagine !

Les salons en images

Et les tendances on en parle ?

L’équipe de chasseurs de tendances de Martine Leherpeur Conseil nous a présenté, lors d’une conférence à laquelle nous avons assistée, 10 tendances de mode. Des « obsessions » mises en scène et décryptées pour appréhender les it-produits, formes, couleurs, imprimés, et matières de la saison à venir.

Les 10 « obsessions » (que nous vous détaillerons dans un prochain post blog entièrement dédié aux tendances) :

> La Tapisserie : camo urbain
> Le bleu glacier : néo catho
> Rayure folle : les parallèles
> 90’s sportswear dark : bling & bronx
> Doudou : forever kid
> Luchador : le catch kitsch
> La touche dorée : le détail qui claque
> L’access cool : sporty punk
> Dos nus d’hiver : ultimate seduction
> Le caleçon et la robe de chambre : just out of bed

Ça vous intrigue ?? Plus de détails très prochainement.

À bientôt.

(source : Fashionmag.com)

 

Revue de Presse #44

Quoi de neuf dans l’actu ?

Actu 1 > Multicanal : qu’attendent les clients durant les soldes ?, Fashionmag.com, le 2 février.

soldes4-8643

Les soldes se terminent le 17 février. E-réservation, cliquer&collecter, livraison à domicile, accès aux stocks … Une enquête d’OrderDynamics tente d’identifier les attentes des consommateurs durant la période d’achat particulière que sont les soldes. On y apprend que 73% des internautes privilégient ainsi la livraison à domicile, tandis que 30% se sont déjà tournés vers le cliquer&collecter. Ils sont 24% à avoir réservé un produit dans une boutique, et sont 54% à souhaiter avoir la possibilité de consulter les stocks de chaque magasin via Internet. 48% des personnes interrogées souhaitent accéder à leurs commandes dans un relais proche de chez eux et 46% souhaitant le faire à un horaire défini préalablement. Ils sont, par ailleurs, 46% à souhaiter pouvoir suivre l’état de leur commande via les marques et transporteurs. Encore en développement, le store-to-web n’est pas oublié : 17% des clients souhaitent effectuer leur achat en magasin pour être ensuite livrés à domicile.  En cas de commande non conforme aux attentes, les clients se tournent vers les points relais (43%), les magasins (24%) et la réexpédition (16%).

> Des données très intéressantes pour Fitizzy dans la mesure où elles nous permettent d’observer le comportement des clients par rapport à leurs achats. La période de soldes étant une période assez intense, il est important de bien gérer ses commandes et leur réception. L’application Fitizzy intervient au moment de l’achat pour éviter les retours liés aux éventuels problèmes de taille 😉

Actu 2 > We Love Entrepreneurs, le film sur ces entrepreneurs qui cartonnent, Frenchweb.fr, le 22 janvier.


We Love Entrepreneurs – Le film par We-Love-Entrepreneurs

Oui, nous avons un peu de retard sur l’info, mais nous ne pouvions passer à côté ! On la diffuse donc aujourd’hui … De Paris à SF, en passant par la grosse pomme, frenchweb.fr a interviewé plus d’une soixantaine d’acteurs de la scène Tech sur la question de l’entrepreneuriat. Le résultat donne 52 minutes de concentré d’énergie et de créativité ! Quelles sont leurs motivations ? Comment ont-ils créé leurs entreprises ? Quelles sont les difficultés auxquelles ils sont confrontés et comment les ont-ils résolues ? Autant de questions auxquelles ont répondu Fany Pechiodat, Jean Baptiste Rudelle, Jacques Antoine Granjon, Loic Le Meur, Solomon Hykes, Mathieu Nouzareth ou encore Jules Vo Dinh. Frenchweb.fr vous propose donc de découvrir en intégralité ce documentaire réalisé par les équipes d’AdsVark, la société qui édite FrenchWeb et We Love Entrepreneurs.

> Un documentaire enrichissant à travers lequel les acteurs de l’entrepreneuriat délivrent des conseils et recommandations pour réussir son entreprise. Fitizzy aurait pu figurer parmi eux ! 😉

Actu 3 > Undiz teste un concept boutique d’un nouveau genre, Fashionmag.com, le 3 février 2015.

e419

À surface atypique, concept novateur pour Undiz. L’enseigne de dessous jeunes du Groupe Etam cherchait un point de vente dans le centre – ville de Toulouse, là où elle n’était jusqu’à présent qu’en périphérie : petite surface de 50 mètres carrés trouvée donc, mais grand stock en sous-sol. De quoi inspirer un nouveau concept de boutique à la marque. Inaugurée le 30 janvier dernier, la boutique baptisée « Undiz Machine » est un concept qui repose sur une ramification de tuyaux reliant le stock à la surface de vente. Via des bornes automatiques, les clients peuvent ainsi faire venir à eux via des capsules l’intégralité du stock, toutes couleurs, tailles et modèles confondus.  Il s’agit d’une nouvelle expérience shopping, reposant sur une dimension ludique et engageante pour le consommateur. Une fois la capsule dévissée, il peut aller essayer avant de passer en caisse, ou bien la renvoyer par le tuyau de retour s’il change d’avis. Génial non ? Sa généralisation n’est pas prévue, mais le test « Undiz Machine » sera observé de près. Il doit contribuer à placer la marque parmi les enseignes « qui bougent » dans la tête des consommateurs, mais il faudrait sans nul doute beaucoup de temps pour le dupliquer.

> Le concept Undiz entre en complète adéquation avec le thème d’un précédent article (ICI) évoqué dans notre dernière Revue de Presse #43. À travers cette nouvelle expérience client, résolument unique et ludique, l’acte d’achat doit être innovant jusqu’au bout, puis jusqu’au passage en caisse. Celle-ci fait d’ailleurs appel à la technologie RFID pour reconnaître automatiquement les produits choisis. Les nouvelles technologies liées à la digitalisation des boutiques sont, plus que tout, en marche et on adore !

Actu 4 > Soldes : les enseignes préférées par les français, Fashionmag.com, le 6 février.

55142015        Decathlon_Logo

Depuis le début des soldes d’hiver, les consommateurs ne dérogent pas à la règle des achats vestimentaires qui font partis d’ailleurs des premiers achats réalisés. D’après une étude pour LSA récemment publiée, on apprend que les femmes préfèrent le géant suédois H&M et les hommes l’enseigne du Nord, j’ai nommé Decathlon. Trois semaines après le coup d’envoi des soldes hivernales, 82,3% des femmes et 70,7% des hommes ont fait des emplettes vestimentaires. La mode s’impose toujours comme le rayon phare de cette période tant attendue. Les hommes optent pour des pantalons, tandis que les dames chinent du côté des pulls et des gilets. Hiver oblige. À noter que les deux sexes s’accordent sur la 4ème pièce de vêtement achetée : la lingerie.

Le classement femme : H&M,Camaïeu et La Halle.

Le classement homme : Decathlon, Celio et Jules.

> Un classement intéressant pour nous, dans la mesure où nous pouvons cibler nos futures marques partenaires de manière stratégique. La lingerie étant une pièce visiblement très achetée, nous avons bien fait de miser sur ce nouveau secteur !

À lundi prochain pour notre nouvelle Revue de Presse hebdomadaire !

++