Les Tendances Lingerie 2014 / 2015

Aujourd’hui, vendredi, un peu de légèreté … La rentrée annonce de nouveaux partenaires pour Fitizzy !

Des partenaires un peu différents d’ailleurs … mais chut, on ne vous en dis pas plus. On vous laisse lire ce petit article « Tendances » en guise d’indice 😉

andres-sarda-tendance-2015-lingerie-salon

Une chose est sûre, l’hiver 2014-2015 côté lingerie sera quelque peu décadent et impétueux. Pour la saison à venir, c’est l’esprit « Rive Gauche » que nous retrouverons dans les collections de lingerie. Dans les rues de Saint – Germain des Prés à Paris, de l’Upper East Side à New York en passant par Pudong à Shanghai, c’est un esprit 70′ résolument festif et insouciant qui a inspiré les créateurs et qui se dégagent des lookbooks lingerie.

La lingerie revisite également les codes classiques de l’élégance britannique. Cette saison est marquée par un retour aux valeurs sûres qui définissent, non sans une certaine austérité, le vocabulaire de l’habillement féminin et masculin.

De la sensualité, de la volupté et beaucoup d’inventivité au programme ! Loin du porn’chic des années 2000, l’hiver sera « erotico glam chic ». Il y aura de la dentelle, des décolletés dans le dos, des découpes originales, flatteuses et un brin coquines. Les lignes des soutiens-gorge et autres culottes galberont les courbes féminines. Ce sera aussi le retour du pushup.

La femme d’aujourd’hui, aime la lingerie et y accorde beaucoup d’importance. Plus techniques mais sans perdre en féminité, les dessous se font mystérieux et délicats, les belles matières auront le vent en poupe, la lingerie assume sa part de séduction et les accessoires s’assument haut et fort !

En vidéos, les tendances A/H 2014-2015 avec le Salon International de la Lingerie et le cabinet de tendances Nelly Rody :

 

Revue de Presse #22

Hello Hello !

Un petit tour de l’actu web ce matin dans notre Revue de Presse.

Actu 1 > Les 5 étapes de la relance de clients inactifs – idées campagne, Webmarketing&com, 21 août.

atelier-information

La stratégie d’acquisition est un point très important dans le e-commerce. Avoir des clients c’est bien, les fidéliser c’est encore mieux, mais réussir à en avoir de nouveaux et ce régulièrement, c’est un travail intensif qui se fait sur le long terme. L’intérêt est économiquement double : relancer ses clients pour permettre de générer du CA et optimiser ses actions marketing, car l’acquisition de nouveaux clients et plus difficile et plus coûteuse que l’optimisation de clients existants. Dans cet article, on nous explique 5 étapes pour préparer une campagne de relance de clients inactifs efficace :

  • Prendre soin de bien gérer les commandes en donnant un maximum d’informations sur l’avancée de la livraison, proposer un moyen de communication fiable et ne pas oublier l’importance d’un bon service après vente. Cela s’adapte et fonctionne également pour les sociétés de service comme Fitizzy. L’idée ? Augmenter son capital sympathie et son capital confiance pour que les clients communiquent sur la marque via les réseaux sociaux. Les marques et services bénéficient alors d’une communication « gratuite » grâce à la satisfaction clients.
  • Déterminer un message fort et percutant et organiser son e-mailing en fonction. Il peut s’agir d’un objet original qui suscite la curiosité ou d’une image attractive. D’un point de vue technique, l’utilisation du code HTML est préférable.
  • Récupérer un maximum de données, les centraliser pour la préparation des campagnes et leur déclenchement.
  • Personnaliser le mail en y indiquant des informations qui concernent chacun des clients, prénom, date du dernier achat,  date de la dernière actualisation des données, mention d’un événement auquel ils ont participé … Tout dépend du business model.
  • Automatiser l’envoi et créer des critères de choix pour l’opération de relance. Rester informé des statistiques d’envois pour optimiser la relance.

> Des conseils avisés et pertinents qui sont finalement la base d’une bonne gestion clients. A cette liste, nous rajouterions d’ailleurs la mise en place d’une offre promotionnelle ou d’un service exclusif destiné au client pour l’inciter à revenir vers nous. Une relance dynamique et régulière permettra de bons résultats à coup sûr.

Actu 2 > Vers une agence de notation du like, Influencia, 23 juillet.

Capture d’écran 2014-08-25 à 11.08.42

En accumulant des milliards de données, Google, Facebook, Youtube et autres réseaux sociaux ou sites de ventes en ligne sont capables de cibler très finalement chacun d’entre nous et peuvent ainsi vendre de l’espace publicitaire aux annonceurs. Mais comment être certain que c’est bien un humain derrière son ordinateur qui reçoit l’offre promotionnelle ? Comment les annonceurs peuvent-ils s’assurer de la qualité du « like » qu’ils achètent ? En repositionnant le public au centre des relations, la révolution digitale a chamboulé tout l’édifice du marketing. Pour réduire le risque d’un « like » de mauvaise qualité, il faudrait alors introduire un tiers de confiance qui jouerait le rôle de garant de sa qualité.

Derek Muller, YouTuber américain dénonce notamment le manque de pertinence et la qualité des « like » vendus par Facebook dans sa vidéo Facebook Fraud. Cette vidéo, vue plus de 1,8 millions de fois soulève une question importante : qui est véritablement derrière les « like » que Facebook vend à travers son offre de promotion de posts ?

Un réel besoin de transparence quant à ce système de « like » devient alors essentiel pour les marques ! De nombreuses sociétés ont développé des logiciels capables de cibler très précisément les internautes. Le « like » doit être pertinent, il doit avoir du sens à un moment donné pour un objectif donné. L’article évoque la création d’une agence de notation du « like » : une place de marché généralisée sur laquelle les réseaux sociaux se verraient attribuer une note en fonction de la qualité de leur like. Les marques pourraient alors acheter, en toute confiance, des lots de like.  Dès lors, les marques pourraient profiter pleinement de la puissance marketing qu’offre la Big Data.

> Sur le web, mieux vaut avoir une communauté de fans plus petite mais très engagée qu’une gigantesque communauté qui n’interagit pas. L’initiative engagée par Burger King est intéressante. Réduire sa communauté à une communauté fidèle et active apporte certainement plus d’avantages que d’avoir une communauté trop disparate qu’il faut aller chercher.

Actu 3 > Les shazams de la mode se multiplient, Fashionunited, 20 août.

3155887_3_6d0c_l-application-shazam-permettant-aux-melomanes_b45bcd86eb1f1539d29746652a0262af

On connaît tous l’application Shazam qui permet de retrouver les noms de morceaux de musique à partir de sons entendus. Les « Shazam fashion » reprennent exactement le même principe: on croise dans la rue une tenue qui nous plait, on prend la photo la tenue en question et l’application permet aussitôt de la trouver sur Google ou d’en trouver une qui s’en rapproche fortement dans les marques pour lesquelles a été développée l’application. Il existe différentes applications : Moodstocks (France), Slice (Canada), Asap54 (Angleterre). Cette dernière recherche, par exemple, l’équivalence du modèle scanné sur les sites Zara, Asos ou Topshop. Kiabi, de son côté, avait lancé une application avec Google Glass. Aucune des applications n’est encore réellement au point : les équivalences des tenues proposées sont souvent bien approximatives mais de vifs progrès se font depuis leur mise sur le marché. Plusieurs enseignes de fast fashion expérimentent localement leurs performances et toutes regardent avec attention les développements récents, en attendant de miser sur la meilleure d’entre elles. L’application Wheretoget, semble à cet égard, particulièrement prometteuse car c’est la seule, à ce jour qui semble avoir résolu la difficile reconnaissance exacte d’un article de mode. L’application a déjà séduit deux millions d’utilisateurs principalement américains. L’application repose sur partage d’informations « crowdsourcing ». Le principe est simple : vous photographiez un vêtement et l’application le transmet automatiquement aux membres de la communauté qui suggère des résultats. Cette application permet de faire intervenir les marques qui peuvent espérer séduire de nouveaux clients par ce nouveau canal. Bien évidemment, la firme Shazam elle même ne compte pas rester en retrait sur ce nouveau marché. Elle a déjà lancé en décembre 2013 (et en Angleterre tout d’abord ) l’application  Styles Eyes qui référence 1700 marques, et voudrait lancer prochainement une application qui s’appuie solidement sur une base de données élaborée par Shazam en accord avec les producteurs d’émissions TV américaines.

> Une technologie intéressante qui manquait au secteur de la mode. Ce genre d’application permet de vivre de nouvelles expériences shopping. Dans une société où tout va très vite, ou la fast fashion / consommation prédomine et où l’exigence client est bien présente, ce genre d’application en temps réel répond à une vraie demande : « avoir tout tout de suite ». Une idée de collaboration avec Fitizzy pourrait d’ailleurs être envisagée pour une expérience shopping complète !

Actu 4 > Consommation : l’habillement sort du rouge au 1er semestre, Fashionmag.com, 19 août.

robes

La France a connu sur les six premiers mois de l’année une progression de 0,7 % de ses ventes d’habillement. Une période sur laquelle seuls les indépendantes et multimarques auraient connu un recul de l’activité. Le secteur laisse néanmoins derrière lui le recul de 2,2 % constaté au premier semestre 2013. Les chiffres de l’IFM nous indiquent également une croissance notable enregistré pour la VAD.

1ed4

b4d6

> Une bonne nouvelle pour la VAD qui semble obtenir la meilleure croissance. Un élément intéressant pour l’application Fitizzy dans la mesure où plus le marché de l’habillement en ligne est porteur, plus Fitizzy a de chances de toucher un maximum de marques. D’autant plus qu’une application telle que Fitizzy peut permettre une augmentation des ventes conséquentes et un taux de retours moindre.

Si vous avez des remarques et / ou suggestions à nous faire concernant la Revue de Presse, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire ou à nous écrire à l’adresse contact@fitizzy.com !

Merci et à lundi prochain pour le RDV presse de la semaine.

Marie.

 

A nice entry

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. Donec quam felis, ultricies nec, pellentesque eu, pretium quis, sem.

Nulla consequat massa quis enim. Donec pede justo, fringilla vel, aliquet nec, vulputate eget, arcu. In enim justo, rhoncus ut, imperdiet a, venenatis vitae, justo. Nullam dictum felis eu pede mollis pretium. Integer tincidunt. Cras dapibus. Vivamus elementum semper nisi. Aenean vulputate eleifend tellus. Aenean leo ligula, porttitor eu, consequat vitae, eleifend ac, enim.

Lire la suite

Fashion 2.0 : les essayages virtuels, panacée pour le e-commerce !

Aujourd’hui, dans la rubrique Expertise, nous avons décidé de vous parler de cet article anglo-saxon du BOF, nombreuses fois tweeté et retweeté et republié sur le Magazine M du Monde.fr.

zoom_redoute07

Selon les statistiques, entre 20 et 40% des vêtements achetés sur Internet sont retournés en raison de problèmes de taille. Ce qui coûte, vous vous en doutez, des millions aux sites e-commerce. De nombreuses start-ups à l’international, dont Fitizzy, s’attellent à la résolution de ce problème.

Une question se pose cependant : « l’approche technique est-elle la meilleure solution? »

Devoir renvoyé son achat tant attendu acheté sur le web une semaine auparavant est une expérience souvent décevante. En effet, le postier arrive chez vous, vous remet le colis, tellement pressée, vous filez l’essayer … Sauf que le joli chemisier à pois en question ne vous va pas du tout, beaucoup trop étriqué, vous êtes à deux doigts de le craquer quand vous levez les bras au ciel :/ Vous lui refaites un joli emballage avec un soupir de découragement et retournez à la poste le coeur lourd car vous savez déjà qu’il va falloir faire une queue interminable…

Non ! Nous n’exagérons rien ! Quand on aime la mode et qu’on attache de l’importance (ou non) à son apparence, ce genre d’expérience est vraiment déplaisante !

Une expérience tout aussi détestable pour les e-commerçants d’ailleurs (En 2012, le Slate.fr en parlait déjà). Ces dernières années, la mode sur Internet s’est révélée être le marché à la croissance la plus rapide et le deuxième en terme d’importance derrière celui de l’électronique.

Le problème : les retours dus aux mauvaises tailles coûtent des millions, non seulement à cause des ventes perdues mais aussi à cause des frais de transport et de traitement. Et généralement, les marchandises retournées ne peuvent pas être remises dans le circuit.

Interviennent alors des start-ups comme nous, qui avons développé un algorithme pour analyser des informations sur les mensurations et conseiller les consommateurs sur les tailles qu’ils devraient choisir pour que le porté du vêtement soit optimal. Tandis que d’autres ont développé des cabines virtuelles qui reproduisent la morphologie du client et montrent l’allure qu’il aura dans le vêtement sélectionné.

Des millions de dollars, venus d’investisseurs en stratégie ou de sociétés de financement, ont été débloqués pour investir dans un créneau porteur somme toute surpeuplé.

La journaliste écrit : « Personne n’a encore réussi à trouver le remède miracle … Pourquoi ? » Sans doute qu’elle ne connait pas Fitizzy, notre application qui permet de rentrer ses mensurations précises grâce à un mètre ruban offert par nos soins. Elle ne coûte rien à l’utilisateur, seulement quelques minutes pour prendre ses mensurations … Mais nous avons pensé à tout, puisque nous mettons à disposition, sur notre site, des vidéos explicatives et ludiques permettant d’effectuer la « tâche » de manière agréable.

Notre objectif à partir de là est de réussir à faire participer activement les utilisateurs à cette expérience technologique. Les plus assidus et fidèles nous aident beaucoup dans la mesure où leurs feedbacks nous permettent d’améliorer notre service. Les utilisateurs sont très importants pour nous, plus ils seront nombreux, mieux ce sera pour nous. Les perspectives sont plutôt positives et ce grâce à d’importantes enseignes à renommée internationale comme Promod, notre récent partenaire, qui nous permettent d’obtenir de plus en plus d’utilisateurs.

Pour les sites, l’intégration du widget Fitizzy est ,qui plus est, peu coûteuse et facile. À l’heure de la fast fashion, tout va très vite, les marques se multiplient et le nombre de produits également. Chez Fitizzy, les flux sont automatisés, il est donc facile de recueillir les informations nécessaires pour donner des conseils avisés et adaptés dans le but d’obtenir des rendus efficaces et pertinents. Le marketing développé autour de l’application doit, de toute évidence, être suffisamment efficace pour encourager les consommateurs à adopter cette nouvelle façon de consommer.

On constate également que les notes données par les clients, les comptes rendus, les tableaux de taille et les fiches détaillées des produits sont une alternative aux applications existantes, l’avis sur le porter d’un vêtement reste finalement très subjectif. Mais l’ensemble de ses données restent évasives et une application complémentaire telle que Fitizzy devient alors indispensable pour une satisfaction entière de la part du client.

Finalement, serait-ce nous qui avons trouvé la solution miracle … ? 🙂

Si vous utilisez déjà Fitizzy, n’oubliez pas de mettre à jour vos mensurations, cela prendra cinq minutes tout au plus.

Pour les autres internautes qui liront cet article et qui souhaitent connaître notre application, rendez-vous sur www.fitizzy.com pour découvrir notre service, créez votre passeport morphologique et utilisez Fitizzy sur l’ensemble de nos sites partenaires !!

Bonne journée et à demain !

Marie.

L’astuce Fitizzy dans le magazine « Réponse à tout ! »

Réponse à tout

Réponse à tout !, le magazine d’information pratique et de culture truffé d’astuces, consacre un article à Fitizzy dans sa rubrique « Note Book Mode ». Un article intéressant qui met en exergue le côté pratique et rapide de l’application. L’article évoque également la facilité et l’intuitivité du widget sur les fiches produits des sites de prêt-à-porter, notamment celui de Promod.